Les White Stripes ne portent pas #Donald Trump dans leur coeur, et ils veulent le faire savoir. Il y a quelques jours, l'équipe de campagne de Donald Trump a mis en ligne un clip de campagne. Rien d'anormal jusqu'à là pour un candidat à la Maison Blanche. C'était sans compter le fond sonore. En effet, sur cette vidéo de campagne, figure la chanson Seven nations Army du groupe The White Stripes. un bon choix pourrait-on penser, mais il n'en est rien. Le groupe n'était même pas au courant de l'utilisation de la chanson, issue de l'album Eléphant et sortie en 2003. Pire encore, les White Stripes détestent Donald Trump, et en aucun cas ils ne veulent être apparentés à lui. C'est sur leur page Facebook que les White Stripes ont décidé de faire passer le message, grâce à un post publié le 4 Octobre.

Publicité
Publicité

D'après les interprètes, Donald Trump utilise leur chanson de manière illégale. Pire encore, ils se disent "écoeurés" : "En ce qui concerne l'utilisation de Seven nations army dans le clip de campagne de Donald Trump, les White Stripes tiennent à dire qu'ils n'ont absolument rien à voir avec cette vidéo. Ils sont écoeurés par cette association, et par l'utilisation illégale de leur chanson." indique ainsi le post sur la page officielle.

Une énième utilisation illégale pour Donald Trump lors de cette campagne américaine

Personne ne veut s'associer à Donald Trump. Ce n'est pas la première fois que le candidat Trump agit de manière illégale lors de cette campagne pour la Présidence américaine. Il y a quelques mois, la chanteuse britannique Adèle avait, par le biais d'un communiqué adressé aux médias, littéralement interdit au candidat d'utiliser ses chansons.

Publicité

En effet, Donald Trump avait diffusé plusieurs chansons de la chanteuse lors de ses meetings, et ce à de nombreuses reprises. Mais ce n'est pas la seule. R.E.M, groupe phare des années 90, a lui aussi évoqué son aversion profonde envers le candidat républicain à la Maison Blanche, en lui demandant d'arrêter de diffuser leur oeuvre It's the world and we know it en meeting. Enfin, le prince de la Folk, Neil Young, avait affirmé que sa chanson Rockin'in a free world avait été utilisée sans son consentement. Mais quel artiste voudrait être associé à Donald Trump ? #TheWhiteStripes #Élections