L'émission Dossier Tabou intitulée "L'slam en France, la république en échec" diffusée sur M6 en date du 28 septembre, n'a pas fini de révéler tous ses secrets. Elle soulève d'abord l'indignation et la colère des téléspectateurs au vu de la prise à partie du journaliste et de son équipe par un groupe de jeunes à Sevran en Seine-Saint-Denis dans le 93, au moment de l'interview de l'imam d'une mosquée considérée comme "salafiste". On entend à ce moment-là le commentaire de Bernard de la Villardière traitant les agresseurs "de salafistes et de dealers de drogue", ce qui sembla envenimer la situation dans un brouhaha assimilé à un empêchement de filmer.

Publicité
Publicité

On y entend l'un des jeunes dire "eh, tu arrêtes de filmer trou du c...!" et le journaliste de conclure : "apparemment nos caméras dérangent !". Suite à la diffusion de vidéos prises par les jeunes eux-mêmes lors de la rixe, montrant Bernard de la Villardière perdre son sang froid, une guerre ouverte se déclare sur la toile : d'un côté les soutiens au journaliste révulsés par le comportement de ces jeunes empêchant le reporter de mener à bien son enquête "dans son propre pays" assimilant la cité de zone de non droit, et de l'autre côté les appuis aux jeunes accusant le journaliste et M6 de faire dans la manipulation des faits et l'émission d'affabulation. Des posts sur Twitter lui demandent même comment il aurait conclu implicitement au mélange des "salafistes" (religieux purs et durs) qui sont contre toute déviance avec des dealers qui sont anti-religion, participants de fait au péché ? Les téléspectateurs ont eu la surprise de voir l'émission s'interrompre et un changement de lieu s'y opérer : on y voit clairement la coupure de montage dans la suite de l'interview de l'imam.

Publicité

"Nous voulons du respect, tu viens chez nous tu nous dis bonjour !"

De leur côté les jeunes, qui sont en fait des trentenaires, relèvent que le journaliste auquel ils vouaient beaucoup de respect auparavant, leur a tout simplement manqué de respect et a été hautain face à leurs salutations et irrespectueux face à leurs questions sur le but du reportage. Ils disent que lorsqu'ils ont vu l'équipe de tournage avec le propriétaire de la mosquée, ils se sont approchés et ont dit "Bonjour". Le journaliste n'a daigné répondre que "Vous allez me laisser bosser !" ce qui a entraîné les faits que l'on connait. Les tensions sont vives en ces temps électoraux. Il est clair qu'en ces moments de campagnes électorales, ou les sujets identitaires et communautaires reprennent le dessus dans les discours, les musulmans de France, suite aux événements récents d'actes terroristes, se sentent visés. Les tensions entre communautés ayant atteints leur paroxysme, chaque partie se retrouve sur la défensive.

Publicité

La sagesse dicterait pourtant de ne pas faire d'amalgame, les actes de barbarie les plus ignobles ayant touché d'abord les musulmans en terre d'#Islam. Malgré la dénonciation de la violence et le soutien aux victimes, l'islamophobie monte de façon exponentielle, la majorité des musulmans de France demeurent les mal aimés de la république aimée, hélas !

Le rattrapage télé de M6

Selon Télé star d'aujourd'hui, 6 Octobre, Vincent Régnier, directeur des magazines info de M6, défend Bernard de la Villardière et l'équipe de "Dossier Tabou", accusés d'avoir manipulé les images de l'émission. Selon lui, Bernard répond bien au salut des jeunes. Mais ces derniers deviennent intrusifs et demandent au reporter ce qu'il allait poser comme questions. Il aurait fallu sans doute leur accord pour continuer l'interview. Ce qui déclencha l'agression et le fil des images repris par eux avec leurs téléphones portables. Dans cette séquence, chacun y va de sa version, et à chacun a sa vérité. #Télévision #Islamophobie