Et si CNews avait été tuée dans l'oeuf ? Aujourd'hui, la nouvelle chaîne du groupe Canal + de Vincent Bolloré n'existe que dans les programmes TV. Dans les faits, depuis deux semaines, iTélé, qui devait lâcher son nom, est en grève et propose des reportages alors qu'elle doit diffuser le deuxième débat des primaires jeudi 3 novembre 2016iTélé va mal. Très mal. Il n'est pas si fréquent que cela que des rédactions se mettent en grève durant deux semaines. Il faut véritablement que la ligne éditoriale du "patron" soit remise en cause. Appartenant au groupe Canal +, elle est donc sous la coupe de Vincent Bolloré. Un homme riche qui peut s'amuser avec ses danseuses.

Publicité
Publicité

Qui peut refuser ou imposer. Comme il l'a fait avec Jean-Marc Morandini, l'animateur sous le coup d'une mise en examen pour des jeux dangereux avec de jeunes candidats passant des castings et qui auraient dévié. A vouloir contraindre les journalistes de la chaîne à accueillir le pestiféré du PAF, Bolloré a donc vu se soulever des professionnels de la presse désirant respecter leur déontologie alors que les programmes du groupe Canal + sont pour le moins sur une pente bien grasse. C'est ainsi que sur C8, qui a succédé à D8, #Cyril Hanouna se comporte en Roi. Avec un contrat de 250 millions d'euros de salaire sur cinq ans, donnés à l'animateur à la mode, Bolloré a confondu football et TV. L'animateur multiplie, avec les membres de sa "bande", les incidents comme ce baiser sur la poitrine d'une jeune femme sans son consentement ou en faisant d'un chroniqueur son souffre douleur, cette fois, semble t-il, avec son consentement, mais mettant le public très mal à l'aise devant son téléviseur.

Publicité

Dans Touche pas à mon poste, Hanouna est sans doute à l'étroit. C'est ainsi qu'il a proposé ses 35 heures d'antenne, un marathon pour une vraie première.

Morandini compromet le débat de la primaire sur iTélé

Et c'est également lui qui se permet d'empiéter... de 20 minutes sur le programme d'un confrère, sans la moindre excuse. Avec un CSA visiblement très laxiste. Et si les journalistes de C8 montraient les dents à leur tour ? Ce n'est pas impossible tant les journalistes sont écoeurés par les âneries de Cyril Hanouna. Mais, pour l'instant, c'est bien à iTélé et bientôt CNews que l'inquiétude monde. Tout simplement parce que la chaîne fait partie des diffuseurs retenus pour le deuxième débat de la primaire à droite. Ne pas pouvoir participer dans de bonnes conditions et BFM tirerait la couverture à elle. De quoi inquiéter Bolloré. Ou pas ! Mais Sarkozy sans doute plus, lui qui espère bien quelques largesses médiatiques de son ami. Pour l'instant si vous voulez voir inscrit le nom "CNews" feuilletez les programmes TV car, à l'antenne, les grévistes ont décidé de garder le nom de iTélé. #Télévision #Morandini