Un très jeune majeur contacte le site Génération Gay qui recherche des modèles masculins pour poser en « beau gosse » mettant sa plastique en valeur. Il ignore alors que Jean-Marc Morandini est actionnaire du site, mais il ne va pas tarder à comprendre. C’était en septembre 2000 et la sélection se fait dans les locaux de la radio MFM où l’attend l’animateur. Après avoir accédé à sa demande de se masturber, il consent à pratiquer une fellation. Rien de répréhensible entre adultes consentants et la loi sur la pénalisation des clients de la prostitution n’est même pas en gestation à l’époque. Mais comme l’incitation vient de la part d’un potentiel employeur, le procédé semble quelque peu particulier.

Publicité
Publicité

Satisfait, #Jean-Marc Morandini rétribuera le très jeune homme pour une séance de poses, et rompra tout contact par la suite. On ne sait ce que sont devenues exactement les photos (collection personnelle, publication, revente…) mais les visiteurs du site devaient payer pour se « rincer l’œil » en accédant aux archives ou en visionnant, tous les vendredis, des photos d’au moins « trois nouveaux modèles ». Ils pouvaient aussi créer des pages personnelles et s’exhiber, ce gratuitement. Ce qui est sûr, c’est que la rétribution moyenne d’alors, plus de 880 FF, pour les modèles retenus, ce qui ne sera pas le cas pour ce « Vincent », dépasse très sensiblement le prix d’une passe ou même d’une nuit avec une « escorte » lambda. Il n’est pas précisé le nombre de prestations sexuelles, s’il en était, pour parvenir à ce montant.

Publicité

L’avocate de l’animateur, Axelle Schmitz, a estimé que ce nouveau témoignage tardif n’impliquait pas le moindre motif de poursuite pour infraction pénale. Le site de l’animateur n’a pas encore fait état de cet ancien épisode pour en confirmer ou infirmer la teneur, pourtant « corsé » (il s’achève par une éjaculation faciale). Mais la grève à iTélé fait l’objet de la reprise d’une dépêche et… de la publication de 18 commentaires, tous favorables à Jean-Marc Morandini, à l’exception d’un, mitigé, indiquant qu’il faut laisser la justice faire son travail. Le procédé est classique, un petit bémol crédibilise mieux le tout (mais on ne peut exclure que d’ex-visiteurs boudent à présent le site qui ne serait plus visité ou commenté que par des inconditionnels). Jean-Morandini, qui n’est plus titulaire de la carte de presse (laquelle authentifie l’exercice de la profession mais n’est pas indispensable ; il faut tirer la moitié de ses revenus du journalisme pour l’obtenir), ne bénéficie certes pas de la solidarité confraternelle des rédactions de la chaîne.

Publicité

L’émission traite de New York Unité Spéciale

Il fallait un certain culot de la part de l’animateur pour débuter son émission par un sujet consacré à la série New York Unité Spéciale, l’unité en question traitant des affaires de viols et agressions sexuelles. Ce alors qu’un ancien employé du site Génération Gay a révélé aux Inrocks que l’animateur était le seul à avoir accès à la boîte de courriels destinée à recueillir les offres de modèles pour des séances à caractère pornographique. L’émission a été enregistrée au préalable par une équipe extérieure à la chaîne et hors de ses locaux. Mieux valait. #iTélé #Télévision