#Daniel Radcliffe a amassé une petite #Fortune en jouant dans la célèbre série de films Harry Potter. Il a en effet gagné environ 74 millions de livres sterling, soit près de 84 millions d’euros, selon le taux de change actuel. À première vue, cette somme paraît exorbitante, mais cela n’a rien de surprenant, dans la mesure où les 8 films ont enregistré une recette de plus de 7 milliards d’euros à l’échelle internationale. Vous seriez donc surpris de découvrir que l’ancien interprète du personnage de #Harry Potter, qui est aujourd’hui âgé de 27 ans, n’a quasiment pas touché à sa fortune. Pendant toutes ces années, l’ancien sorcier de Poudlard a réussi à se constituer une épargne de plus de 67 millions d’euros. « Je ne fais pas grand-chose avec mon argent » a-t-il révélé à Telegraph, au cours d’une interview à Belfast, au mois de Septembre dernier.

Publicité
Publicité

Radcliffe a ensuite mis en avant un argument particulièrement convaincant pour expliquer pourquoi il a décidé d’économiser la quasi-totalité de son argent.

Daniel Radcliffe se sent libre grâce à l’argent de Harry Potter

« Je suis très reconnaissant pour ça, parce que le fait d’avoir déjà de l’argent signifie que je n’ai plus besoin de penser à en gagner. Cela m’apporte une très agréable sensation de liberté. » Il a ajouté : « Avoir de l’argent m’apporte également une immense liberté en termes de carrière… Toutes les personnes qui ont suivi ma carrière méritent que je leur offre quelque chose d’intéressant, plutôt que de m’en mettre plein les poches avec de mauvais films jusqu’à la fin de ma vie ». Après le succès de la saga Harry Potter, Daniel Radcliffe, a démontré ses remarquables talents d’acteur en tournant dans des films tous plus différents les uns que les autres.

Publicité

Pour n’en citer que quelques exemples, il a joué le rôle d’un agent du FBI s’infiltrant dans un gang neo-Nazi dans le film Imperium (2016). Il s’est également transformé en poète dans Kill Your Darlings – Obsession meurtrière (2013). En outre, il a repoussé les limites de l’ordinaire une fois de plus en se mettant dans la peau d’un cadavre péteur dans Swiss Army Man (2016).