Les hommes primitifs et les névrotiques partagent une chose commune : dans leur culture, la peur prédomine le désir. Mais qu’est-ce qui se passe au sujet de la modernité de la ville ? À l’essor de la vie urbaine, la plupart des personnes ont souffert différemment de la peur, puisque elles se sont mises à vivre avec l’attente en surmontant plusieurs obstacles provoqués par l’augmentation du risque. Donc la suite interrogative autour de la peur et ses paramètres, n’est pas restée seulement un entretien philosophique, mais a aussi mis en relation la société du spectacle et les séries télévisées d’horreur. Parmi les séries télévisées d’horreur américaine, où la consommation de la peur gagne de plus en plus du terrain, ‘#The Walking Dead’ est un symbole principal de cette mode.

Publicité
Publicité

Selon la recette réussie de Frank Darabont et Robert Kirkman, les morts vivants peuvent mordre les survivants qui se transformeront à leur tour en rôdeurs. D’un côté, il y a les possesseurs d’une puissance mystérieuse, et de l’autre, ceux qui mènent une vie normale comme titulaires de ses propres sentiments. Du coup, la peur de la mort n’est plus une faute sociale.   

Hors du désir dans un monde de peur

La série ‘The Walking Dead’ alimente l’ironie de la concurrence et des instincts primitifs. Elle s’adresse au public surtout des adolescents et des jeunes qui aiment la vitesse, le super naturel et les jeux vidéo. Ce genre des séries tente d’installer le ‘‘choc’’ dans le combat et les conflits. Afin qu’un combat se déroule, il faut investir sur la capacité d’une classe et sur la puissance d’une tribu populaire du caractère totémique.

Publicité

Cette distinction signifie son privilège. Dans le cas de la série #TWD, les rôdeurs représentent -symboliquement- une tribu totémique dont l’avenir se met en relation avec le tabou de mordre les autres. Contrairement à la mélancolie poétique et au désir de souffrir docilement, #TWD et les séries télévisées d’horreur américaine veulent nous convaincre que l’irréalité de l’écran puisse substituer nos craintes réelles. Je ne le crois pas. #Séries TV #Supernatural