Karine Le Marchand est en ligne de mire avant l’épisode deux, le six novembre. « Intime » ok mais « une ambition » ? Ce titre évoque-t-il la sienne ou la leur ? À nous de choisir. Révolution ? Suite à l’émission, Karine Le Marchand subit des attaques nombreuses (sur les réseaux sociaux), elle y a répondu mais....Imaginons #KLM, le soir de l'émission, la cuisse velue, la moustache non épilée, aucun maquillage (restez, ce ne sera pas si cruel !) un sourire laissant apparaître des dents non brossées, les mèches ébouriffées. Visualisez Le Marchand, un chemisier ouvert jusqu’au nombril, la jupe au ras du coude, que les moqueries ou reproches fusent, seraient justifiés voire excusés, dans l’épisode 1, ce n’était pas le cas. Ce n’est donc pas pour une question de physique que les critiques fusent.

Publicité
Publicité

Heureusement, car le délit de faciès c’est moche ! 

Sortez les cartouches

Replay please ! KLM est en place sur un petit canapé trois places, comme chez elle, sereine, la chaussure à talon qui pendouille histoire de bien montrer l’ambiance relax du face à face. Karine Le Marchand ne joue pas à être psychiatre, il n’y a pas de divan, elle garde sa place d’animatrice, elle nous divertit et le fait bien. Tel Zorro, KLM dégaine sa première question, empruntant un sourire cruel, qui déroute inévitablement son adversaire, puis, tranquillement attend la réponse. Un duel où le gagnant ne sera pas forcément celui qu’on pense. Vous avez tous remarqué que, suite à la question posée, ses invités (Le Maire, Le Pen, etc), l’espace de quelques longues secondes, perdent leurs repères et leurs moyens ? Regards vagues, sourcils froncés, éclairs de panique au fond de la pupille, tous les invités émettent un petit rire nerveux (tactique gain de temps) espérant rapidement trouver le bon mot, priant pour donner la bonne réponse, celle qui plaira à leur auditoire.

Publicité

Le self-control

Les invités ne lâcheront jamais la manette du self contrôle ! Jamais car la maîtrise (de l’image et des paroles), c’est aussi leur job…ne l’oubliez pas. Face à KLM (ou n’importe quel autre animateur ou journaliste), l’invité ne déposera jamais le masque, ne soyons pas naïfs. Le Marchand parle « chaton », l’invité répondra « chaton », KLM embraye sur « sexe », il répondra « chaton » et ce, quoi qu’il arrive. C’est le jeu, elle le sait mais tente le coup d’épée, avec talent. Karine Le Marchand accélère, du tac au tac enchaine sur le même plan que son invité, celui de la séduction et de l’humour. On monte d’un cran. Elle maitrise, elle malaxe l’entrevue comme personne, elle gère, il s’adapte. Mais au fait, Karl Zéro, Sébastien Cauet, Cyril Hanouna ou PPDA minaudant avec leurs invités ça passe. Karine Le Marchand ça ne passe pas ? KLM déroute, étonne, surprend, KLM attise les attaques, c’est bien ! Pour attiser toutes ces critiques en si peu de temps, Karine Le Marchand a du toucher un sacré point ! Karine Le Marchand drive la séduction et maitrise le jeu à 100%, vivement l’épisode deux à voir sur M6 à lire

Bonne nouvelle pour les détracteurs de Karine Le Marchand : elle vous donne rendez-vous le 6 novembre à 20h30, humm, accrochez vous…petits coquinous ! #M6 ambition intime #Télévision