Le salon Antica, plus grande foire d’antiquités au nord de Paris, se tiendra du 11 au 20 novembre prochains dans le cadre de Namur-Expo. C’est le quarantième anniversaire de cette manifestation et le photographe #David Hamilton y avait été convié. Il a été prié de s’abstenir et selon son attaché de presse, il en aurait convenu. Ses photos, des prises de vues de Venise, devaient orner sur le stand de la BNP Paribas, la banque n’étant peut-être pas étrangère à ce renoncement. David Hamilton, 83 ans, avait pourtant, le 26 dernier, obtenu de Sudpresse (et du site belge SudInfo), la publication, quasi-in extenso, d’un long communiqué. « J’ai pris connaissance des propos diffamatoires circulant à mon sujet depuis plusieurs jours dans certains médias, en ce compris sur des réseaux sociaux. Des journalistes n'ont pas hésité à rapporter d'abominables diffamations, nées d'insinuations ou interprétations formulées par l'une ou l'autre personne, anonyme ou non, à l'occasion de la promotion d'un ouvrage au sujet duquel aucun de ces journalistes n'a relevé que le dit ouvrage se présente sur sa seconde couverture comme étant un roman, à savoir une œuvre de fiction. Je suis particulièrement indigné par l'absence totale de respect de ma présomption d'innocence et par la volonté à peine dissimulée de certains de s'ériger en juges ou procureurs de la rumeur (…) sans ne rien chercher d'autre que le scandale, afin de poursuivre leurs noirs desseins (…) Je ne commenterai pas plus amplement les comportements criminels qui me sont imputés par certains et desquels je n’ai jamais été l'auteur.

Publicité
Publicité

». Flavie Flament avait clairement indiqué la nature très autobiographique de son roman, La Consolation. Elle avait d’abord fait état dans Elle d’un #Viol subi à l’âge de 13 ans, puis, au cours de l’émission de Thierry Ardisson.

Son frère sème le doute

Le frère cadet de Flavie, Olivier Lecanu, s’est confié à Gala. Il ne nie pas que leurs parents étaient au courant de quelque chose car Flavie s’était « plainte de gestes déplacés » et ils avaient convenu d’interrompre les séances avec « ce photographe ». Mais il insiste, par deux fois, sur le mélange entre faits réels et passages romancés, sur « le décalage entre la réalité et les écrits » de sa sœur, avec laquelle « tout prend des proportions incroyables ». Les faits étant prescrits, a-t-il cherché à éviter d’éventuelles poursuites ou plutôt à s’inquiéter d’autres propos de Flavie Flament sur sa vie familiale antérieure et ses relations avec leurs parents ? Car la romancière ne prend guère de gants pour évoquer sa mère, surtout, et son père.

Publicité

En droit français, le viol implique un acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit (commis par violence, contrainte, menace ou surprise). Flavie Flament a-t-elle usée du terme métaphoriquement, s’agissait-il d’attouchements ?

Hamilton se replonge dans le silence

La rédaction de Sudpresse a tenté de reprendre contact avec le photographe, qui n’a pas souhaité donner suite, ni oralement, ni par écrit en réponse à un courriel. Son communiqué, certainement inspiré par un avocat, est assez explicite et on peut comprendre que le résident de Saint-Tropez ait d’autres préoccupations que de s’attarder à revenir sur une affaire le mettant de nouveau au cœur d’une certaine actualité. Les membres de Wikipedia France, qui avaient longuement discuté sur l'opportunité d'évoquer ou non le fait que divers titres de presse avaient évoqué le nom du photographe en relation avec les dires de Flavie Flament, ont finalement (non sans mal) opté pour étoffer un paragraphe  « controverses » sans y faire allusion.

Publicité

En revanche, l'édition anglaise cite l'émission Salut les Terriens et indique que Thierry Ardisson "gave the name of David Hamilton a presumed rapist of the now RTL presenter Flavie Flament". Ce qui est à la fois exact et approximatif puisque un bip avait couvert les paroles d'Ardisson. Pour le moment, Flavie Flament n'a commenté ni les propos de son frère, ni le démenti d'Hamilton. #Flavie Flamant