C'est l'affaire qui secoue les fans de #Saad Lamjarred à travers le monde arabe depuis plusieurs jours. Accusée de #Viol, la star marocaine pourrait être inquiétée beaucoup plus longtemps que prévu, et l'enquête se poursuit. Voici les derniers éléments communiqués par l'un de ses avocats, Maître Jean-Marc Fedida. Saad Lamjarred est tout d'abord accusé de "viol aggravé" et de "violences volontaires aggravées" à l'encontre d'une jeune femme rencontrée à Paris, où le chanteur se trouvait pour assurer sa promotion et quelques concerts. Immédiatement, tout le monde s'est tourné vers une victime présumée, #Laurie Marquet, une candidate de télé réalité sulfureuse ayant participé au Bachelor sur NT1 et à la Revanche des Ex sur NRJ12.

Publicité
Publicité

Mais il s'est finalement avéré que cette jeune femme n'avait strictement rien à voir dans cette histoire, et que la fille présente avec Saad le soir des faits était une toute autre personne, dont le prénom ressemblait à celui de Laurie. Une énorme confusion qui a valu à Laurie Marquet plusieurs accusations de mensonges, sans fondement.

Selon les propos de Maître Fedida, Saad "conteste vivement les charges qui lui ont été signifiées"En effet, beaucoup crient au complet, et pensent que le chanteur est tombé dans un "traquenard", comme l'indique son avocat marocain Maître Brahim Rachidi : "Il s'agit d'une machination algérienne ourdie par les ennemis de notre intégrité territoriale". Par ailleurs, l'affaire de New-York est encore dans toutes les mémoires. En 2010, Saad Lamjarred avait été accusé des mêmes faits aux Etats-Unis.

Publicité

Libéré sous caution, il avait quitté le pays et ne s'était pas présenté à son procès en Mai 2016.

Saad Lamjarred en prison à Paris

Mais les lois françaises sont différentes, et pour l'instant, le chanteur est incarcéré à Paris. Mis en examen, il risque 15 ans de prison si les faits sont prouvés par les enquêteurs et le Tribunal. Son seul espoir d'être partiellement libéré a été expressément réclamé par ses avocats. Il pourrait en effet être remis en liberté provisoire, mais placé sous assistance électronique. Un bracelet qui l'empêcherait de retourner dans son pays d'origine jusqu'à son procès. Selon les informations de Mediapart, la victime présumée ne s'est pas présentée à la confrontation organisée en fin de semaine dernière. Si jamais elle venait à retirer sa plainte, le parquet maintiendra quand même les poursuites. Saad Lamjarred n'a donc aucune chance d'échapper à un procès.