Jeudi soir, C8 diffusait en direct un prime de #Cyril Hanouna, intitulé La Grande Rassrah. Les chroniqueurs de #TPMP (Touche pas à mon Poste) se sont fait piéger en caméras cachées. L’animateur a fait croire à Isabelle Morini-Bosc qu’il n’y avait qu’elle qui voyait le serveur nu après avoir ingurgité des champignons hallucinogènes ; Caroline Ithurbide et Gilles Verdez ont rencontré un extra-terrestre ; Mokhtar a cru durant quelques minutes qu’il avait gagné deux millions d’euros au Quinté… Jusque là, c’est une émission de caméras cachées classique, bien qu’un peu extravagante, à l’image de l’émission et de ses chroniqueurs. Rien de choquant.

Publicité
Publicité

Mais arrive le clou du spectacle, la caméra cachée du souffre-douleur Matthieu Delormeau. Le chroniqueur, qui avait déjà reçu des nouilles dans le slip en direct, est convié par Cyril Hanouna à une entrevue avec un faux-producteur de Tom Cruise pour négocier sa venue dans l’émission. Après un échange tendu, Cyril Hanouna pousse le producteur, qui s’effondre sur une table et feint la mort. Paniqués, les deux acolytes sont rejoints par Diego, le garde du corps de Cyril, et ces deux derniers demandent à Matthieu d’endosser la responsabilité du méfait, notamment auprès de la police, puis discutent ensuite de cacher le corps ou de maquiller les preuves.

Matthieu Delormeau, le souffre-douleur

Et enfin, tout rendre dans l’ordre : le producteur se réveille de sa fausse mort, le chroniqueur s’occupe de lui pendant que Cyril Hanouna s’en va.

Publicité

Puis Matthieu part à son tour. Et puis… rien.  L’animateur n’a pas dit dans la foulée à son chroniqueur que toute l’histoire était une supercherie, laissant le pauvre homme digérer la peur d’être accusé d’homicide et le choc qu’une telle soirée peut engendrer sur un individu normalement constitué. Sur le plateau, en revoyant les images, Matthieu Delormeau ne peut s’empêcher d’avoir les larmes aux yeux. Il avoue avoir vécu l’enfer dans la nuit qui a suivi et dit avoir pris des médicaments pour se calmer et pouvoir dormir. Cyril Hanouna le couvre de bisous, lui dit qu’il ne l’abandonnera jamais, qu’il est son ami et rend spectaculaire les émotions non feintes d’un chroniqueur traumatisé.

La course à l’audience peut-elle tout permettre ?

L’intérêt d’une révélation si tardive pose question, d’autant plus qu’elle n’est que brièvement mise en scène dans le prime. Beaucoup moins, en tout cas, que le ressenti de Matthieu Delormeau. Le lendemain, en justifiant la validité de son émission et de la séquence en question par le chiffre des audiences (1,3 millions de personnes devant C8 jeudi soir), Cyril Hanouna personnifie l’expression ‘’la fin justifie les moyens’’. Jouer cruellement avec les émotions de Matthieu Delormeau dans le but affiché de produire du buzz nous fait nous poser des questions morales, à nous, spectateurs. L’animateur à 50 millions d’euros de salaire par an ne se les pose plus, lui. Il devrait, au lieu de flirter avec le pire de la télé-réalité. #Télévision