Après la première partie de ma review centré sur le caméo de Végéto, attardons nous sur Trunks dans cet épisode mais également sur Zamasu et la symbolique de l’épisode. Car si l’épisode est rempli d’incohérences, le sens serrière tout ça n’en reste pas moins intéressant.

Au #Final malgré sa mutation, Zamasu reste plutôt fidèle à lui même et ne s’enfonce que dans la folie de ses idéaux. Comme prévu, Miki Shinichiro nous régale notamment avec son mythique “SON GOKUUUUU”, un Seiyuu définitivement adapté à Zamasu ! Et c’est justement au fur et à mesure qu'il s’enfonce dans sa haine et ses objectifs qu’il mute et devient hideux.

Publicité
Publicité

Le discours de Gowasu est extrêmement intéressant et illustre parfaitement ce qui arrive à Zamasu, qui avouons le, est définitivement le méchant le plus travaillé de Dragon Ball. C’est justement après une ultime provocation qu’il mute une dernière fois et grandi sous une forme plus massive. Quand on pense à sa tête au début, il a bien évolué le frêle Kaioshin. Ironiquement un peu à l’image de Trunks avec son Super Saiyan Dai San Sankai, il est devenu trop lent et Végéto allait le surpasser largement au moment de sa fission. Zamasu surpris n’hésite pas et ne parle plus, il tente un coup fatal sur les mortels qui seront sauvés par Trunks. Le jeune Saiyan a récupéré son épée par Mai, une épée brisée symbolisant l’abandon des humains mais également l’espoir qu’il leur reste. C’est à ce moment et avant même que Végéto soit en mauvaise posture que Trunks comprend, c’est à lui d’accepter cet espoir et de s’en servir pour terrasser Zamasu, en tant qu’habitant de ce monde.

Publicité

A l'image de Black, il progresse lui aussi grâce à ses combats et parvient à réparer son épée avec son Ki.

Black contre Trunks, le match promis et l'épée Genkidama

Je sais pas si je me fais des idées, mais à trop se concentrer sur le Mirai Zamasu qui a hérité du corps, on oublie que Black est encore là-dedans. Et à mes yeux à partir du moment où Trunks intervient, c’est les sentiments de Black qui ressortent, celui qui a toujours combattu Trunks. Ce dernier lui a toujours mis des bâtons dans les roues en plus de finalement le dépasser dans l’épisode 63. Au passage quand je disais que le Seiyuu de Zamasu criait comme un fou, c’est à ce genre de scène que je faisais référence. Et c’est à partir du moment ou Zamasu plaque Trunks au sol qu’il faut effectuer un changement que j’ai réussi à faire inconsciemment. A partir de ce moment l’épisode ne doit plus être considéré comme du DBZ pur et devient extrêmement symbolique. Car si la logique et la puissance des personnages jusqu’alors toujours bien respecté des personnages se font atomiser par Trunks, la vision lyrique et analyse des personnages est extrêmement bien construite.

Publicité

Alors même que je hurlais “BLUUUUE” en live devant l’épisode c’est un tout nouveau phénomène qui se produit. Trunks réalise une sorte de Genkidama qui n’en est pas un, le fonctionnement est très similaire mais ce n'en est pas un, seulement la matérialisation de cet espoir que Trunks représente. Alors que lorsque les deux Saiyans se battaient contre Buu Pur les humains n’avaient même pas daigné leur prêter leur force sans l’intervention de Satan, cette fois tous les humains souhaitent tellement la victoire de Trunks qu’ils lui envoient automatiquement leur énergie. Bon ok après ça s’étend au gens ne sachant même pas ce qu’ils se passent, mais on se comprend. Ce qui bat Zamasu, ce n’est pas Trunks, c’est la force et la détermination des humains qu’il a sous-estimé et pris de haut, qui dégage même le ciel de la sombre atmosphère de Zamasu.

Cette fin n’est peut être pas aussi classe que ce qu’on aurait voulu, c’est même du mauvais DBZ... mais ça reste du très bon DBS, dans la continuité de ce qui nous a plu dans cette arc. Un méchant travaillé qui méritait autre chose que de simplement se faire exterminer par la force brute. Et personnellement, j’ai gueulé avec eux pour soutenir Trunks, qu’il calme enfin le Zamasu !

Avis personnel bien sûr~ #Dragon Ball Super #Anime