Jean-Marc #Morandini est en grande partie à l'origine de la grève qui agite le PAF. Une première en France par sa longueur. Une première dont se serait bien passé le personnel d'i-Télé. Depuis le 17 octobre 2016, journalistes et autres salariés ont plié ordinateurs, carnets et ont posé les stylos. Et engagé un bras de fer avec Vincent Bolloré, ami de Nicolas Sarkozy et qui vient de monter au créneau. Pas pour soutenir les journalistes mais le patron du groupe Canal +. A New York, Laurence Haïm, seule correspondante française accréditée auprès de Hillary Clinton a dû travailler... sur Twitter.

Victime de Morandini et Bolloré, Laurence Haïm rate l'un de ses plus beaux rendez-vous sur i-Télé

La correspondante d'i-Télé et de Canal+ aux Etats-Unis, retient ses larmes, expliquant un peu partout sa mésaventure.

Publicité
Publicité

Cette élection, c'était pour la journaliste compétente, s'il en est, l'un des grands moments de sa carrière. Mieux, sur plus de huit cent cinquante demandes d'accréditions, pour trente six élus, elle fut la seule Française acceptée pour suivre, au plus près, la candidate démocrate. Une folle nuit en perspective. Mais voilà, c'était sans compter sur cette grève. Professionnelle, Laurence Haïm a donc décidé de faire son job en couvrant cette élection, posts après posts sur Twitter. Pendant ce temps en France, ses amis en étaient au 23ème jour de grève ! Comme au premier jour, les journalistes réclament "la signature immédiate d'une charte éthique", mais aussi la nomination "d'un directeur de la rédaction distinct du directeur général " et "la définition d'un projet stratégique et éditorial clair et précis". Et, puis, bien sûr "la mise en retrait de l'antenne de Jean-Marc Morandini" mis en examen dans le cadre de castings "douteux".

Publicité

La nouveauté de la semaine vient du soutien de Nicolas Sarkozy, ancien Président de la république, non pas directement à Morandini, mais à son patron Vincent Bolloré. Celui qui avait eu la gentillesse d'offrir des vacances au chef de l'Etat fraîchement élu. Sur Morandini, Sarkozy a notamment expliqué, mardi 8 novembre 2016, "... avec l'expé­rience qu'est la mienne de l'injus­tice de la curée média­tique, plus jamais vous ne me verrez ajou­ter mon nom à la longue lignée de tous ceux qui donnent leur avis sans savoir.» Renvoi d'ascenseur toutefois. Alors que toute une rédaction bat chaque jour un bien vilain record, celui du nombre de jours de grève, Sarkozy n'oubliait pas d'encenser son "pote". "...Je souhaite à la France beau­coup de chefs d'entre­prise de sa qualité, mais je ne donne­rai pas mon opinion, ce n'est pas ma respon­sa­bi­lité».Cela n'aurait pourtant pas été la première fois, l'ancien maire de Neuilly n'ayant pas pour habitude de rester discret sur des dossiers importants.

Publicité

De New York, Laurence Haïm invitée par des médias français !

Quelles seront les conséquences de ce conflit? Certains journalistes négocient dans le plus grand secret. Il n'y aura pas des places pour tout le monde sur les autres chaînes d'informations. De plus en plus, l'histoire prend des allures de abordage. Et si Bolloré voulait "dégraisser" son groupe ? Si ce n'est le cas on peut se poser des questions. Le patron semble se comporter comme un enfant avec ses jouets, en l'occurrence Jean-Marc Morandini sur i-Télé et Cyril Hanouna sur C8, sauf que ce dernier est assurément le petit protégé.  Et il ne devrait pas être le premier à être lâché par Bolloré. Laurence Haïm, est elle, invitée par des confrères pour commenter en direct de New York, comme ce matin sur Europe 1, à midi sur C8... Histoire d'utiliser au mieux sa très forte expérience et de ne pas la contraindre à couvrir une telle élection que sur Twitter. 

  #I-Télé #Vincent Bolloré