C’est une fin tragique que connait toutes les parties de cette histoire sordide dont s’est emparée tous les médias français. Le célèbre réalisateur et photographe britannique, David Hamilton est décédé à l’âge de 83 ans. Au cœur d’une polémique depuis quelques semaines, le photographe, qui a fait sa renommée pour ses photos de jeunes filles dénudées, a été accusé de viol par plusieurs femmes, dont une célébrité française, l’ancienne animatrice de TF1, #Flavie Flament. Le voisin du photographe, qui réside dans le 6e arrondissement de Paris a appelé les secours qui n’ont pu le réanimer, et ont prononcé son décès avant 22 heures.

Thierry Ardisson révèle que le violeur est un célèbre photographe

Depuis plusieurs semaines, Flavie Flament fait le tour des plateaux télé pour promouvoir son livre exutoire, La Consolation.

Publicité
Publicité

Il y raconte sa rencontre avec un célèbre photographe à l’âge de 13 ans. Elle parle de la manière dont ses proches l’ont convaincue de participer à des séances photos. Après des années de thérapie, elle raconte son #Viol avec cet homme qui abusait de sa notoriété. Pour des raisons légales, elle n’a jamais mentionné le nom de l’homme qu'elle a rencontré au Cap-d’Agde. Mais Thierry Ardisson, touché par son histoire, a décidé de révéler au public le nom de cette célébrité : David Hamilton.

L'identité du violeur révélée, d'autres femmes se sont manifestées

Connu pour ses films comme Bilitis, le réalisateur-photographe n’a jamais caché qu’il castait des jeunes filles dans les camps de naturiste. Ses œuvres mettant en scène des jeunes filles dénudées n’ont jamais été la cible de critiques, malgré le caractère érotique qui émane de la vision pourtant virginale de ces pré-adolescentes.

Publicité

Il y a quelques jours, Flavie Flament a osé avouer que Thierry Ardisson avait lâché le nom de la bonne personne. Puisqu’elle avait dépassé le temps légal de prescription, l’animatrice de RTL encourait des représailles et n’avait jusqu’alors jamais osé informer ou infirmer l’identité de son bourreau. En effet, David Hamilton s’était d’abord exprimé via un média belge. Au journal régionale francophone, Sudinfo, le photographe avait déclaré : « Des journalistes n'ont pas hésité à rapporter d'abominables diffamations, nées d'insinuations et/ou interprétations formulées par l'une ou l'autre personne, anonyme ou non ». Par la suite, il a continué à se justifier à l’FP : « L'instigatrice de ce lynchage médiatique cherche son dernier quart d'heure de gloire. Par la diffamation. Je déposerai plusieurs plaintes dans les jours à venir (…) Aujourd'hui, je ne fais l'objet d'aucune poursuite. Nous sommes au-delà de ma présomption d'innocence. Je suis innocent et dois être considéré comme tel ». Depuis ces déclarations plusieurs femmes, également victimes sexuelles du photographe sont sorties du silence. Après plusieurs semaines de déni, l’information vient de tomber, David Hamilton est décédé des suites d’un suicide.