Le 26 octobre dernier, un coup de tonnerre résonne à Paris ! En voyage dans la capitale pour un concert qui devait avoir lieu le 29 octobre au Palais des congrès, et qui devait être celui de la consécration, le chanteur #Saad Lamjarred, qui jouissait d'un succès incroyable dans le monde arabe, est menotté et arrêté à son hôtel, le Marriott Champs-Elysées. Motif : une jeune française d'une vingtaine d'années l'accuse de l'avoir violée quelques heures plus tôt, dans la nuit du 25 octobre, après avoir passé la soirée ensemble au Matignon, puis à l'Intercontinental, pour se poursuivre dans la chambre d'hôtel du chanteur.

L'idole de millions de fans est immédiatement placé en garde à vue pendant 48h, et ensuite mis en détention provisoire pour "viol aggravé" et "violences volontaires aggravées" à Fleury-Mérogis, qui est actuellement la plus grande maison d'arrêt d'Europe.

Publicité
Publicité

Selon les premiers éléments de l'enquête, Saad Lamjarred aurait consommé de l'alcool et de la drogue cette nuit là, d'où le caractère "aggravé" des faits qui lui sont reprochés. Par la suite, la star marocaine de 31 ans s'est vu refuser une seconde fois la liberté provisoire, le 2 novembre, par la cour d'appel de Paris. Depuis, silence radio.

La confrontation devrait enfin avoir lieu

Mais c'est sans compter sur l'entourage judiciaire du chanteur, parmi lequel Eric Dupond-Moretti, le "ténor du barreau", qui mise sur un élément clé de cette affaire : la confrontation entre Saad Lamjarred et la présumée victime, qui n'a toujours pas eu lieu. Cependant, celle-ci devrait finalement voir le jour dans la semaine du 21 novembre. En effet, en raison de l'état de santé de la jeune femme suite au drame, la confrontation entre les deux protagonistes n'a eu de cesse d'être reportée jusqu'alors.

Publicité

De plus, de passage à Paris au moment des faits, elle serait retournée se reposer chez elle, dans le sud de la France, après un diagnostic médical faisant état du choc moral qu'elle aurait subi.

L'enquête se poursuivant, les choses devraient se débloquer cette semaine (ou pas) ! #Justice #Fait divers