Depuis quelques jours, la presse française s’intéresse à la commune d’Aulnay-sous-Bois, où son maire, Bruno Beschizza, a pris un arrêté pour mettre fin à une campagne de sensibilisation contre le sida. 8000 affiches de prévention ont été déployées dans 130 villes, sauf dans la ville du maire du parti Les Républicains, où la campagne a été retirée car jugée comme « contraire aux bonnes mœurs et à la moralité » et par souci de « protection de l'enfance ». Bruno Beschizza a décidé de s’expliquer dans les médias, en choisissant un programme pour les jeunes, Touche pas à mon poste. L’émission médias a pour une fois invité un homme politique, mais la rencontre a mal tourné.

Publicité
Publicité

Pascal Obispo, invité de l’émission, Matthieu Delormeau et Enora Malagré ont dit tout le mal qu’ils pensaient des idées de l’élu local.

Enora Malagré traite Bruno Beschizza d'homophobe

Si le maire d’Aulnay-sous-Bois a fait le déplacement, c’est pour répondre aux attaques lancées par Matthieu Delormeau à son encontre. Le chroniqueur l’avait traité « d’imbécile » et de « gros con » alors qu’il commentait la décision du maire de mettre fin à la campagne. Matthieu a ouvert le débat en présentant ses excuses au maire pour les insultes à son encontre. Sur le plateau, l’ambiance est tendue, Cyril l’appelle Bruno, puis finit par revenir à Monsieur le maire. Si dans un premier temps l’élu, soutien indéfectible de François Fillon, s’est défendu d’avoir arrêté la campagne pour la mention « coup d’un soir » et non parce qu’on pouvait y voir deux hommes qui s’embrassent, l’échange a été beaucoup plus difficile lorsque Enora a pris part au débat.

Publicité

« Il n’y a pas une once d’homophobie dans l’arrêté que j’ai pris », se défend-il. Bruno Beschizza explique que l’élément perturbant dans les affiches diffusées dans des lieux non ciblés était le slogan qui mentionnait « coup d’un soir » et non les photos des couples. « C’est faux ! », rétorque la chroniqueuse, le pointant du doigt. « Vous mentez, vous êtes un hypocrite. Votre fond est homophobe. »

Pascal Obispo a clos le débat en taclant l'élu

Voyant que le débat tourne au vinaigre, #Cyril Hanouna a plusieurs fois tenté de couper ses chroniqueurs plus qu’incisifs. « Les chéris, on ne va pas rentrer là-dedans, ça devient chiant ! (…) S’il vous plait, Enora, si vous voulez faire de la politique allez sur France 2, dans Des paroles et des actes ». Pascal Obispo a conclu le débat en ne mâchant pas, lui non plus ses mots : « Le sida touche tout le monde. Ne croyez pas que les jeunes ne sont pas au courant. Il faut justement faire de la prévention dans les endroits les plus populaires ». #Enora Malagré #TPMP