La série "#The Crown", diffusée en novembre 2016 sur #Netflix (USA), met en scène la vie de la reine Elizabeth II, jeune mariée de 25 ans, qui doit assumer bravement son rôle, à savoir diriger la monarchie en collaborant avec le Premier ministre Winston Churchill. Le programme semble centré sur le personnage de la reine, et non sur les problématiques courantes auxquelles sont confrontés ceux qui règnent et gouvernent, les jeux de pouvoir, les affaires d'état et les complots. La bande-annonce laisse seulement entrevoir un enchaînement d'histoires de vie ordinaires autour d'une femme au pouvoir. Elle joue carte sur table dès le commencement avec un dialogue révélateur.

Publicité
Publicité

"Puis-je vous suggérer de ne plus être chef de l'église à l'instant, ni chef de l'état, ni chef de l'armée, ni chef de la marine ou du gouvernement, ni garante de la justice ou de toute cette espèce de cirque" s'exclame le mari d'Elizabeth. Cette dernière rétorque ainsi : "Et être quoi à la place ?". Son époux lui indique alors la position qu'il désire la voir occuper : "une chose qui vit et qui respire, une femme ; une sœur une fille une épouse".

La saison 1 de "The Crown" s'intitule "Relations personnelles". La promesse est respectée. On aura droit aux conflits familiaux (avec son époux, sa sœur Margaret, etc), aux tumultes intérieure de celle qui porte la Couronne. Elizabeth se plaint de ne pouvoir "ni penser ni ressentir ni respirer ni exister"."C'est le mieux" lui répond-on.

Publicité

"Mais qu'est-ce qu'il me reste". Avez-vous envie de lui répondre qu'il ne lui reste plus qu'à se battre et se montrer digne de sa fonction ?

La reine Elizabeth dans The Crown fait-elle honneur à la gente féminine ?

D'apparence peu combative, plutôt larmoyante, le personnage d'Elizabeth II rend l'identification difficile. Le succès d'une fiction repose en premier lieu sur la capacité du spectateur à s'identifier au personnage principal. En effet, les sentiments que l'on porte au héros ou à l'héroïne déterminent l'intérêt pour l'œuvre de fiction. Compte tenu du coût important de la série, il serait regrettable que la faiblesse du personnage détourne le public cible. Une femme en 2016 souhaite-t-elle voir un personnage féminin perdu et fébrile, ou bien une héroïne avec de la poigne, qui sort les griffes et montre ses crocs, comme Olivia Pope qui affronte vaillamment tous les obstacles sur route ? Olivia serait même enceinte de Fitz dans la saison 6 très attendue de la série "Scandal".

Inspirée de faits réels, la série "The Crown" a le mérite de nous présenter un personnage vrai et son parcours. L'heure n'est pas encore au désespoir concernant le potentiel d'Elizabeth. Face aux difficultés, elle pourrait prendre de l'assurance. Car, comme elle le souligne avec fermeté "...pour le meilleur et pour le pire, la couronne est posée sur ma tête". Aimerez-vous cette femme ou non?

#Séries TV