#Prodiges, troisième saison de petits tutus taille gros bébé sur France 2, surdoués de #Petits génies à la découverte des enfants précoces sur M6, plus à plaindre sans doute, eux et leurs parents, qu'à les exhiber devant des millions d'enfants "normaux". A la télé, sont proposées les émissions qui peuvent faire de l'audience, faire de l'argent quel que soit le concept. On ne peut pas reprocher aux chaînes privés de chercher le profit et aux chaînes publiques de, finalement, éviter de dépenser pour rien. Puisque c'est nous qui, au final, payons. Même si celles-ci, fort heureusement, se risquent quand même à produire ou à diffuser quelques programmes, sinon intellectuels, du moins faisant appel à un minimum de réflexion chez le téléspectateur.

Publicité
Publicité

Une chose est sûr, l'enfant fait recette. L'enfant est roi. Mais l'enfant est exposé. Et l'enfant ne risque t-il pas de développer quelques pathologies, pour perdre la face devant d'autres candidats, meilleurs, devant la France, sinon entière mais à quelques millions d'exemplaires représentée. Comment ne pas se voir trop beau, ou trop belle lorsque l'on gagne un concours à 6 ans, alors que le corps ou la voix ne sont pas "finis" ? Mais il en est ainsi. Ce soir, sur #France 2, troisième édition de "Prodiges", un concours de musique classique ouvert à des enfants et ados de 7 à 16 ans. On en arrivera, sans doute, un jour où les écrans de publicité serviront à changer les couches des candidats. Des très jeunes ou des très vieux. Des "anciens" qui, certes, se laissent aller à des programmes très forts, comme Cauchemar en cuisine.

Publicité

Mais eux sont adultes et peuvent se faire du mal comme ils veulent.

Prodiges, (France 2) pour valoriser les enfants ou le tiroir-caisse ?

Ces jeunes virtuoses, bien entendu agréables et à qui l'on voudrait donner la note maximale, à tous, comme chez Jacques Martin à l'époque de l'Ecole des fans, se départageront à travers chant, musique instrumentale et danse classique. Marianne James sera la maîtresse de cérémonie, la soprano Elisabeth Vidal, le violoncelliste Gautier Capuçon et Patrick Dupond, danseur étoile, seront les gentils ou les méchants. Du moins l'image que conserveront sans doute pour longtemps les gagnants et les perdants. Sur M6 "Petits génies à la découverte des enfants précoces.

M6, Petits génies... avant vieux séniles ? Le Q.I. n'est pas un talent !

La production nous dit que "vingt enfants surdoués participent à un concours de connaissances. Une épreuve de culture générale, une autre de mémoire. Après avoir éliminés cinq enfants, quelle belle leçon que d'éliminer les moins surdoués, les autres se disputeront le titre.

Publicité

Et ce pour permettre au lauréat d'offrir 20 000 euros, à son établissement scolaire, au profit d'un projet éducatif. Si l'Education nationale cautionne, alors... ces enfants qui doivent avoir un QI de 130 au moins ! Ceux de la ministre de l'Education nationale... et d'un inspecteur d'académie. Réunis ! Les enfants moches, sans voix, malades et seuls apprécieront. Ou ils pourront se moquer de leurs parents suivant, discrètement L'amour food. Que leur répondre ? Que les autres chaînes ne marchent pas.

(...)