Il y a quelque temps, on apprenait que l’actrice Ruby Rose, qui incarne le personnage de Stella Carlin dans la série Orange Is The New Black, avait frôlé la mort, à cause d’un groupe d’adolescents homophobes. Dans une interview pour StyleLikeU, #Lea DeLaria, qui interprète le rôle de Big Boo dans OITNB, a également raconté l’agression qu’elle a subie. « J’ai été horriblement brutalisée par un homme, en 1980. C’est arrivé durant la semaine de la gay pride à San Francisco. Comme on pouvait s’y attendre, [un homophobe] a spécialement fait le déplacement vers la ville, à la recherche de quelqu’un à tabasser et j’ai été ‘la personne tirée au sort’. (…) J’ai passé trois jours à l’hôpital : nez fracturé, côtes cassées, fracture de l’os autour de l’œil. Cet homme portait une énorme bague. J’ai encore une cicatrice sur le nez à cause de ça. Mais ce qu’il y a de pire, c’est que ceux qui ont assisté à la scène n’ont rien fait. Il y avait une trentaine de témoins et ils n’ont pas réagi. Mais bon, je ne leur en veux pas tant que ça ; ils avaient peur. Eux aussi ils étaient gay. Ils n’ont pas réalisé qu’à 30, ils auraient facilement pu stopper cet homme. » Lea DeLaria est extrêmement reconnaissante d’avoir décroché le rôle de Big Boo dans la série Orange Is The New Black. Après avoir passé toute son adolescence très mal dans sa peau, elle a enfin l’opportunité d’être elle-même et d’émouvoir son public. La surprenante amitié entre Big Boo et Pennsatucky (Taryn Manning) est l’une des plus belles choses que la série a à offrir à ses millions de fans.

Publicité
Publicité

Les deux actrices sont également très proches dans la vie. Dans une interview, DeLaria a déclaré : « Ce qui me plaît le plus, c’est de pouvoir passer du temps avec mon amie [Taryn] après le tournage. On continue nos activités habituelles au bar au coin de la rue, une fois qu’on termine [le boulot]. »

Lea DeLaria révèle le calvaire d’être gay dans les années 80

Durant son adolescence, l’actrice d’#Orange Is The New Black était très souvent terrifiée et déprimée, car elle ne comprenait pas pourquoi elle était différente des autres filles dans son entourage. « Je me suis longtemps détestée de ‘ne pas être normale’. [Quand j’étais ado, être gay] était encore considéré comme une maladie mentale. Je me suis réfugiée dans la nourriture pour me sentir mieux. Quand vous n’êtes pas hétéro, il y a cette pensée qui vous hante en permanence. Quand vous arrivez chez vous à la fin de la journée, vous vous dites, ‘Ouf ! J’y suis arrivé. Personne ne m’a tabassé aujourd’hui. Personne ne m’a traité de sale homo dans la rue. J’ai passé une belle journée.’ Quand j’étais adolescente, cette angoisse était très intense. » Lea Delaria a grandi dans une famille très pieuse, et a passé 12 années de sa vie à l’école catholique. Par peur de décevoir ses proches, elle a attendu d’avoir 28 ans pour faire son coming out à ses parents. Durant son entrevue avec StyleLikeU, elle a déclaré : « Mes frères et sœurs étaient déjà au courant, mais j’étais incapable de le dire à mes parents. Ça a été une grosse surprise pour mon père. (…) Mes parents ont fini par m’accepter telle que je suis. »