La belle #Ayem Nour était encore une inconnue lors de sa première apparition à la télévision en 2011, lorsqu'elle avait illuminé la maison de #Secret Story 5. Le montage des quotidiennes en ont rapidement fait la 'méchante' de service, persécutant la pauvre victime Marie Garet, qui gagnera près de 200.000 Euros en remportant la finale quelques semaines plus tard. Ayem, elle, avait été éjectée par le public quelques semaines auparavant.

Pourtant, c'est incontestablement Ayem qui est devenue la star de Secret Story 5. Avec Aurélie Van Daelen, révélée dans le même programme la même année, elle est l'une des seules rescapées médiatiques parmi la multitude d'anciens pensionnaires de la Voix.

Publicité
Publicité

Elle est d'ailleurs la seule candidate de télé réalité à animer un programme quotidien, #Le Mad Mag, du lundi au vendredi en direct sur NRJ12. En remplaçant Martial, viré par la chaîne à l'automne dernier, elle est parvenue à tirer vers le haut les audiences du programme, qui satisfont les patrons d'Ayem aujourd'hui.

Le passé difficile d'Ayem

Récemment interrogée par le site Purepeople, la jeune maman du petit Ayvin a accepté de parler de son passé, et de sa vie avant sa participation à Secret Story 5. Elle se décrit comme une adolescente rebelle, souvent en conflit avec sa mère : "Je le regrette parce que si je l’avais un peu plus écoutée, peut-être que j’aurais pu faire de meilleurs choix". Ayem pense notamment à ses études, qu'elle aurait pu continuer après les avoir débutées avec succès : "J’étais plutôt douée pour ça. Je n’ai pas poursuivi mes études parce que voilà, un peu de rébellion, des envies d’autre chose". Enfin, la jeune femme évoque ses mauvaises fréquentations lorsqu'elle vivait encore à Lyon, "qui nous influencent à aller vers d’autres choses", pas forcément les meilleures..

Publicité

.

Enfin, Ayem précise que ses choix de vie, comme sa participation à Secret Story, ont quelque part été les bons, car elle est aujourd'hui heureuse de faire un métier qui lui plait, au bras d'un millionnaire qui lui a donné un fils. Mais elle a toutefois un regret : "Peut-être que j’aurais pu faire ce métier avec beaucoup plus de culture, de bagage intellectuel". Avec son étiquette de candidate de télé réalité, Ayem va devoir redoubler d'efforts pour faire sa place à la télévision, mais au regard de sa volonté sans faille, on est persuadés qu'elle y parviendra, et qu'une longue carrière s'offre à elle.