Le ‘’système’’ adore le détester ! Les grands noms des late-show américains, comme Conan O’Brien, Jimmy Kimmel et Stephen Colbert, se moquent de lui. Il est méprisé par une grande partie des chaines de télévision généralistes, comme NBC ou CNN. #Alex Jones n’en a cure, car son public est de plus en plus large (parfois barge). Ses vidéos sont largement regardées sur des plateformes comme #Youtube. Cet entrepreneur, créateur de #Infowars.com, est une personnalité influente pour diverses raisons, dont beaucoup piquent les nerfs sensibles des tenants du politiquement correct…

L’animateur de radio et de télévision s’est en effet spécialisé dans les discours anti Nouvel Ordre Mondial, à coups de coups de gueules dantesques dont lui seul a le secret.

Publicité
Publicité

Ceci lui assure de la popularité auprès de nombreux américains, et sur d’autres continents aussi, tandis que de nombreux observateurs le considèrent tout simplement comme un dérangé mental. Ses reportages assurent le show et alimentent les réseaux sociaux, des internautes affirment que c’est un comédien, où qu’il s’agit d’un agent gouvernemental qui fut créé de toutes pièces pour propager de la désinformation. Donald Trump l’écoute avec attention, et considère ce texan de 43 ans comme un véritable allié. Le personnage intrigue en tout cas, tout comme ses amitiés. Parmi celles-ci: Max Keiser, un grand connaisseur des dessous de l’économie mondiale, qui présente ‘’The Keiser Report’’ sur RT (Russia Today, que beaucoup voient comme étant le média anglophone du Kremlin), où David Icke, un conférencier et écrivain qui s’est fait connaitre pour avoir affirmé que les grands dirigeants du monde sont en fait des lézards extraterrestres… Ceci n’a pas empêché Jones, parti de rien, de maintenant tutoyer le locataire de la Maison-Blanche.

Publicité

Tout ceci depuis ses bureaux texans.

Jones et Infowars : itinéraire d’un texan survolté

C’est à Austin qu’Alex Jones débutât sa carrière de journaliste et showman. D’abord sur une télévision du câble, puis, à partir de 1996, à la radio. Il se fit connaitre rapidement, après avoir déclaré à plusieurs reprises que le gouvernement des USA est responsable de l’attentat d’Oklahoma City. Son licenciement tombe en 1999. Il commence à animer une émission depuis son domicile, et provoque des polémiques après le 11 septembre 2001. Pas de doute pour lui : les attaques sur les tours jumelles du Word Trade Center sont l’œuvre de l’administration Bush. Sa présence aux alentours des diverses réunions Bilderberg autour du monde ne passent pas inaperçues, il lui est déjà arrivé de se faire confisquer son passeport par les autorités locales (comme à Ottawa, en 2006). Puis vint le lancement d’Infowars.

Cette émission, originellement prévue uniquement pour la radio, atteint les 2 millions d’auditeurs en 2010.

Publicité

Son audience s’élargit années après années, ses détracteurs aussi. Nombreux sont ceux qui le traitent de paranoïaque ou de pantin fantaisiste. Une rumeur prétend même qu’Alex Jones n’est autres que Bill Hicks, un humoriste mort en 1994 ! Apôtre de la fake news ou voix de la raison, cet individu ouvertement d’extrême droite élargit son rayonnement médiatique. Que ce soit sur internet ou en vendant des produits dérivés (dont des pilules miracles pour retrouver une forme physique optimale). L’ami du 45ème président américain, également producteur de documentaires chocs, a plus de 600000 followers sur Twitter. Itinéraire d’un texan survolté, en effet. Symbole d’une très grande partie de la population mondiale qui n’accorde plus aucune confiance envers ses dirigeants politiques. Et qui considère la politique comme un immense spectacle. A juste titre.