Le Label "fait maison" est rentré en service seulement hier, mardi 15 juillet 2014, avec le mécontentement de plusieurs professionnels du secteur de la restauration. Se pose toujours le problème du contrôle des lieux identifiées, pas un mince affaire vu que ceux qui présenteront comme fait maison des plats qu'ils ne le sont pas, risquent de recevoir une amende plutôt salée (jusqu'à 300.000 euros ou deux ans de prison). Mais comment faire pour vérifier la bonne fois de restaurateur de toute la France?

Le casse-tête sera pris en charge par des inspections de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) à partir du 1er janvier 2015, avec un possible renforcement des effectifs en vue.

Publicité
Publicité

Mais l'embauche des contrôleurs supplémentaires n'a pas été forcement prévu et le flou qui entoure l'argument laisse de quoi spéculer à plusieurs acteurs intéressés à la filière des matières premières. Si l'usage presque automatique des produits pré-travaillé et surgelés par une large partie des professionnels du secteurs, désireux d'épargner du temps et d'offrir une grande chois de mets à leur clients, est désormais connue par le large publique, il s'agit d'un sujet au centre des polémiques.

Et si les plats "fait maison" seront désormais signalés sur les cartes par le logo composé d'une casserole surmontée d'un toit, apposé face au plat concerné, ou quand l'ensemble des plats proposés est fait maison, à un seul endroit visible de tous les consommateurs, certains contestateurs ne manquent pas de rappeler l'échec du symbole qui devait être utilisé en juillet 2009 pour mettre en évidence la baisse de la TVA dans la restauration.

Publicité

Des carte bien trop fourrées et bourrés des produits hors-saison représentent dans une majorité des cas un élément d'attention, qui doit déclencher l'alarme dans le consommateur, tandis que les menus constituées par de recettes élaboré à partir de matières locales sont un bon signe, même si pas suffisent, pour juger à première vu l'offre d'un établissement. Guerre ouverte donc aux "pratiques commerciales trompeuses" avec le but de "faire respecter la réglementation par les professionnels".

BN #Food #Labels #Société