Ce samedi 28 juin les agriculteurs, les chasseurs, les piégeurs, en un mot le #Monde rural était dans les rues de Foix. Excédés par les attaques de l’ours sur les animaux en estive et maintenant par celles des vautours sur des animaux vivants en Basse Ariège, les agriculteurs veulent dire non aux espèces protégées lorsque celles-ci deviennent incontrôlables. Et puis, très bientôt, il faudra gérer le loup car il est aux portes du département.

Une centaine de tracteurs et près de 3000 personnes s’étaient donnés rendez-vous à Foix sur le Champ de Mars pour manifester dans le calme leurs mécontentements et leurs craintes de voir la montagne devenir un Disneyland et d’y voir disparaître toute activité humaine.

Publicité
Publicité

Des délégations des départements voisins (Hautes-Pyrénées, Aveyron, Landes, Tarn et Garonne, Tarn, Aude, Pyrénées Orientales...) avaient fait le déplacement car les problèmes de l’Ariège touchent tout le Massif pyrénéen et même au-delà.

Un plateau de remorque servit d’estrade. Les représentants du monde agricole (Chambre d’Agriculture, syndicats agricoles) et le Président d’Ariège-Ruralité (Jean-Luc Fernandez) se sont succédés au micro. Ce dernier a rappelé qu’Ariège-Ruralité regroupait 9 Associations (chasseurs, agriculteurs, forestiers, piégeurs, éleveurs...) et que c’est sous cette bannière qu’il défend la ruralité en Ariège. Il arborait fièrement un bonnet rouge envoyé par les bretons et martelait : « Nous sommes des Pyrénéens, des hommes libres et fiers ».

Ensuite, alors qu’une délégation était reçue par Madame le Préfet de l’Ariège, le cortège, animaux en tête et engins en queue s’est dirigé vers la Préfecture en évitant le centre ville pour ne pas perturber l’activité des commerçants.

Publicité

Après avoir déversé du fumier et de la paille devant la préfecture, tout le monde a regagné le Champ de Mars où après avoir entendu la délégation de retour de la préfecture il s’est dispersé sans incidents.

Il est toutefois certain que c’est peut-être une première étape et que si rien ne bouge, la prochaine manifestation sera plus musclée. Certains n’ont-ils pas fait allusion à la Guerre des Demoiselles (Guerre menée par des Ariégeois en 1830 contre le pouvoir central qui avait restreint le droit d’usage de la montagne : droit de chasse, pêche, cueillette, ramassage, coupe de bois – Les révoltés se sont déguisés en femmes pour échapper aux autorités d’où le nom de cette « guerre ») !

BN