Chez "ma Tante", c'est le dernier refuge contre l'extrême misère.

En réalité, il faut savoir que derrière ce sobriquet se cache pudiquement le Mont-de-Piété connu également comme le Crédit Municipal un endroit où celui qui possède encore un bien de quelque nature va pouvoir le monnayer contre dépôt temporaire. Associé à cet endroit inconnu des moins de 20 ans se cache une expression : "mettre au clou", ce qui revient à dire qu'on dépose de façon temporaire contre espèces sonnantes et trébuchantes.

C'est dans le 4ème arrondissement de Paris que se situe la vielle Institution âgée de plus de 300 ans, sise au  57 Rue des Francs Bourgeois. Elle a vu le jour en 1637, de par la volonté de Théophrase Renaudot, créateur du concept du prêt sur gages, ce qui permis, et permet encore, à ceux qui ont un besoin urgent de liquidités, l'obtention d'un crédit rapide sans trop de complications. Une possibilité de rachat de l'objet est applicable, d'où la notion d'emprunt sur gages.

C'est également lui qui fut le créateur du premier journal "la Gazette".

Ce lieu de rencontre n'est pas affilié aux réseaux sociaux, la grande misère est toujours pudique. Ceux qui s'y rendent n'ont parfois que quelques objets sans grande valeur, mais en réalité, le grand besoin qui les préoccupe n'est pas regardant. Si nous pouvions nous projeter dans les salles de réserves de ces objets, nous serions forts surpris de notre découverte.

Dans cette caverne d'Ali Baba cohabitent tout et rien : un bijoux cassé, un objet sans grande valeur accolé à un bien autrement côté, comme de grands crus par exemple, ou bien encore un instrument de musique ou un tableau de maître... La misère n'est pas regardante, touchant beaucoup de monde au gré des circonstances de la vie.

On n'aime pas faire étalage de cette démarche qui peut se trouver avilissante, tant elle est comparée au plus grand des dénuements de certains individus dans toutes les sphères de notre société de consommation. D'où l'expression d'avoir été "chez ma Tante"!

Qu'en est-il à ce jour de cette grande institution française? Elle s'est modernisée en proposant dans son panel de service bien d'autres possibilités palliant aux déficiences bancaires. Le rachat de crédit est une des possibilités actuelles, tout comme la conservation, ou l'expertise d'objets. Elle met en place également le "micro-crédit" personnel.

À la fin des opérations, lorsque se fait le bilan comme il se doit dans toute entreprise de France, il apparaît une résultante frappante : 93% des dépositaires auront procédé au rachat de leurs biens engagés, les 7% restants auront soit renouvelé l'engagement pour une périodicité étendue, ou bien le délai sera dépassé, il sera procédé à la mise en vente des objets non récupérés via l'Hôtel des Ventes de Paris.

Qui a dit que le malheur des uns faisait le bonheur des autres? Pas moi! #Finance