Les salariés de la compagnie low cost Easyjet sont en grève depuis aujourd'hui, mercredi 31 décembre. Résultat, l'activité de la compagnie aérienne fonctionne au ralenti et trois avions sur dix restent cloués au sol, soit 30% du trafic et 70 vols annulés.

Ce sont les hôtesses et stewards français qui sont les instigateurs de cette grève. La compagnie Easyjet s'était préparée à cette grève et indique que « le trafic est conforme aux prévisions » et qu'elle n'a enregistré "aucune annulation à chaud ce jour". Les trois aéroports les plus touchés par cette grève sont ceux de Roissy Charles-de-Gaulle (24 vols annulés) ainsi que ceux de Lyon (20) et d'Orly (14).

Publicité
Publicité

Le mouvement touche aussi les plateformes de Nice, Lille ou encore Toulouse.

Cette date de grève est stratégique et n'a pas été choisie au hasard par les salariés puisque le jour du réveillon génère beaucoup de trafic de et vers la Fance.

Ce que réclament les grévistes

· Une meilleure gestion des plannings mensuels, qui sont prévus à l'avance mais sont souvent modifiés au cours du mois travaillé.

· Une augmentation des actions remises aux salariés dont la participation a baissé de 25%, alors que le bénéfice de EasyJet est nettement en hausse, à +22% cette année.

Les principaux syndicats à l'origine de cette grève sont le SNPNC-FO et l'Unac qui représentent le personnel navigant commercial (PNC) d'EasyJet en France, .

Des solutions pour garder ses clients

Pour éviter une éventuelle fuite de leurs clients vers des compagnies concurrentes, Easyjet a décidé de réagir.

Publicité

En effet, elle a décidé d'avancer main dans la main avec les syndicats des salariés afin de trouver les meilleures solutions pour les intérêts des salariés et pour les voyageurs. Elle s'est donc dite « ouverte à la discussion ».

Les voyageurs lésés pourront donc se faire rembourser intégralement ou échanger leur billet contre un autre vol à la date de leur choix. Difficile de dire si ce geste sera suffisant pour permettre à EasyJet de garder ses clients dans un climat social aussi dégradé. C'est la deuxième grève en deux jours sur les avions de la compagnie après un premier avertissement au moment de Noël.

BN