Si l'on vous demande : « quelle est la main que vous utilisez le plus souvent ? » , il y a de fortes chances pour que vous répondiez « la droite ». C'est même un des rares sujets emportant l'unanimité entre les hommes explique Jason G. Goldman, journaliste pour la BBC.

En réalité, entre 74 et 96 % des interrogés avouent « préférer » la préhension du côté droit. L'archéologue Natalie Uomini, de l'Université de Liverpool, déclare même qu'il « n'existe aucune étude présentant l'existence d'une civilisation majoritairement gauchère. »

La latéralisation est un phénomène propre à chaque individu, trouvant sa source dans notre cerveau. La plupart des tâches que nous effectuons quotidiennement sont initiées au sein de notre lobe gauche alors que d'autres trouvent leurs origines dans le droit. À cela, il est nécessaire de rappeler que du fait d'une décussation, notre encéphale communique de façon croisée avec notre corps, c'est à dire grossièrement que, l'hémisphère gauche contrôle notre côté droit et l'hémisphère droit contrôle le gauche.

Quand les premiers droitiers sont-ils apparus ?

Certains chercheurs s'accordent à dire que la division cérébrale est apparue chez l'animal il y a environ 500 millions d'années, afin d'améliorer l'efficacité du traitement des informations devenant bien plus riches et donc plus lourdes à assimiler.

Ceci expliquerait donc que l'hémisphère gauche se soit avec le temps, spécialisé dans des tâches routinières (chercher de la nourriture), permettant au droit de rester par exemple, sur le qui-vive et ainsi permettre une rapidité de réaction face aux modifications environnementales soudaines (l'attaque d'un prédateur).

Bien que cela soit difficile à prouver, il est possible que nos ancêtres hominidés soient passés à la bipédie afin de libérer leurs mains pour se consacrer à la confection des premiers outils développés, alors qu'ils étaient originellement prédisposés à s'en servir d'une façon différente.

L'anthropologue Stephanie Braccini publie dans le Journal of Human Evolution Study :  « le renforcement dans l'asymétrie de la division cérébrale peut trouver ses origines dans le redressement postural induit par l'utilisation des outils et la pratique de la cueillette. »

Braccini et ses collègues ont d'ailleurs remarqué en étudiant des chimpanzés que ceux-ci présentaient une ambidextrie lorsqu'ils étaient à quatre pattes mais que des signes de latéralisation survenaient néanmoins lorsqu'ils se tenaient debout. 

Des premiers signes à une majorité

Des chercheurs ont tenté de reproduire des outils primitifs à la manière de nos ancêtres, utilisant soit leurs mains gauches soit leurs droites. En comparant les outils originaux avec leurs répliques actuelles, il est encore difficile de dire si les ouvriers d'il y a 2 millions d'années étaient majoritairement droitiers ou non ; contrairement aux outils d'il y a 1,5 millions d'années retrouvés au Kenya, réalisés par deux espèces (Homo Habilis et Homo Erectus).

Mais c'est avant tout il y a 600 000 ans, que le véritable droitier est apparu. L'espèce répondant au nom de Homo Heidelbergensis montre notamment qu'il se nourrissait quasi-exclusivement avec la main droite.

Pourquoi les droitiers plutôt que les gauchers ?

L'évolution du langage pourrait être une explication. Ce moyen de communication très développé chez nous est régit par l'hémisphère gauche de notre cerveau. Un des effets secondaires de ce développement pourrait être l'acquisition d'une préférence pour la main droite. C'est la théorie de l'Homo Loquens : la latéralisation du cerveau provient du redressement postural alors que le fait d'être droitier proviendrait de l'évolution du langage.

Tout ceci ne serait qu'un « simple » résultat de notre câblage cérébral ? Difficile de le prouver, à moins de réaliser des tests neurologiques sur nos ancêtres...

Et que les gauchers se rassurent, leur plus faible proportion ne veut rien dire. Si autrefois, certains les pensaient atteints de déficits, une étude de 1977 a balayé ces préjugés.