Il s'appelle Lassana Bathily et il est Malien. Si son nom vous est peut-être inconnu, son visage vous l'est peut-être moins depuis  le massacre de l'épicerie Super Kacher de la porte de Vincennes vendredi 9 janvier, là où le terroriste jihadiste Amedy Coulibaly a tué quatre otages. Et surtout là où Lassana a sauvé une quinzaine de personnes. Mardi prochain, il recevra la nationalité française qu'il attendait depuis des mois.

Lasssana Bathily était employé depuis 4 ans dans le magasin où s'est déroulé le drame et a sauvé une quinzaine de clients, dont un bébé. C'est lui, les journaux en ont beaucoup parlé, qui, à l'arrivée du terroriste, a eu l'idée de cacher le plus de personnes possibles dans la chambre froide de l'arrière-boutique. "Quand le terroriste est arrivé et a commencé à tirer à la kalachnikov, j'étais en réserve et j'ai vu arriver des gens paniqués, se souvenait-il dernièrement sur BFMTV. Je leur ai proposé de se cacher dans la chambre frigorifique et j'ai débranché le système de réfrigération. Quelques minutes après, une collègue de travail est descendue, je lui ai ouvert".

Un acte de bravoure et un réflexe précieux qui ont fait un héros de ce jeune homme qui ne se considère pourtant pas comme tel. Et qui, par ailleurs, est musulman pratiquant et reste la preuve symbolique que l'islam n'a aucun lien avec la folie meurtrière de quelques extrémistes. Il précise d'ailleurs volontiers qu'il s'est toujours très bien entendu avec les employés juifs de la supérette et qu'on le laissait même faire la prière en réserve sans le moindre problème.

C'est d'ailleurs timidement et presque gêné que Lassana revenait sur son acte dernièrement sur BFMTV. "Oui, j'ai sauvé des juifs, expliquait-il, mais ce n'est pas une question de juif, de chrétiens. ou de musulmans. On est tous sur le même bateau".

Le héros du jour est ensuite sorti en empruntant le monte-charge qui reliait la chambre froide à l'extérieur pour prévenir la police. Un second acte de bravoure. D'ailleurs, ses compagnons, par peur d'être repérés et abattus, ont préféré rester enfermés.

Dans la confusion, les policiers l'ont d'abord menotté mais, une fois son identité vérifiée, il est resté sur place pour les aider, notamment en leur dessinant le plan détaillé de la supérette.

Dès le dimanche suivant, le CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires de France) a lancé une pétition pour que le jeune homme de 24 ans reçoive la nationalité française, dont il avait fait la demande, toujours sans réponse, en juillet dernier. Une pétition qui a rapidement réuni plus de 300 000 signatures et a été fortement soutenue et relayée sur les réseaux sociaux.

Et qui a fonctionné: le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a annoncé que, mardi prochain 20 janvier à 18h30, serait organisée une cérémonie à l'issue de laquelle le jeune héros serait enfin officiellement Français. #Charlie Hebdo