À quelques jours du Nouvel An, la France qui finissait tout juste de déballer ses cadeaux et s'interrogeait encore sur ses bonnes résolutions, est endeuillée.

Ce mercredi 7 janvier 2014 à 10h40, des terroristes ont pénétré dans les locaux de #Charlie Hebdo et se sont attaqués à l'un des piliers de la démocratie et de la République, la liberté d'expression. Les individus sont entrés dans les locaux de Charlie Hebdo tirant à vue, tuant ainsi 12 personnes dont 2 policiers et laissant des blessés graves.

Malgré le choc, on peut se demander à qui profite le crime?

À quelques heures de l'annonce de l'attentat, plusieurs mouvements de solidarité spontanés se sont formés, s'organisant grâce aux réseaux sociaux.

Dans le contexte socio-économique actuel et le climat ambiant parfois délétère, cet évènement aura su réunir une population morcelée autour d'une valeur républicaine fondamentale.

Pourtant, à une époque où l'on parle de plus en plus fréquemment d'islamophobie, des tentatives de récupération par des mouvements extrémistes de tous bords restent à craindre.

Monsieur le Président Hollande s'est exprimé appelant la population à l'unité, une allocution présidentielle qui, sans nul doute, finira par faire oublier des vœux bien maladroits, voir insipides.

Des suspects présumés sont recherchés

La police aurait dores et déjà identifié les trois criminels, Cherif KOUACHI 32 ans et Said KOUACHI 35 ans, deux frères, le troisième âgé de 18 ans s'étant rendu à la police.

Ils seraient à cette heure-ci recherchée dans la région de Reims.

Un dernier message au monde adressé par Charb, Cabu, Wolinski et Tignous

La mobilisation continue via les réseaux sociaux, toutes les images de profils sont modifiées comme autant d'hommages, l'oiseau de tweeter est passé au noir et Google affiche un petit nœud noir en signe de soutien. Des messages parviennent de partout dans le monde, Etats-Unis, Canada ...

Le monde se mobilise donc autour de ce drame qui a entaché ce début d'année.

Quoi qu'il en soit, cet attentat rappellera à chacun que la liberté ne saurait trembler devant la barbarie et fera de Charb, Cabu, Wolinski et Tignous des martyres, comme autant de symboles pour une société traversant de sombres heures, mais surtout digne et insoumise.

Ces trois pointures de la caricature satyrique auront su adresser un dernier message à leurs bourreaux, aux personnes dénuées de tolérance en unissant la France et le monde entier atour de cette valeur universelle qu'est la liberté d'expression.

Ce crime, espérons-le, saura souder une France jusque-là morcelée par une crise économique et sociale qui n'en finit pas et redorer le blason d'un président de la République largement terni par un quinquennat mené sans véritable succès. #François Hollande