Au lendemain du terrible attentat qui a coûté la vie à douze personnes, mercredi 7 janvier, au journal "#Charlie Hebdo", une nouvelle fusillade a coûté la vie à une policière municipale et blessé gravement un agent de voirie à Montrouge, près de la Porte de Châtillon. Pour l'instant aucun lien n'a été établi entre les deux faits.

Jeudi 8 janvier, vers 7 h 50 un accident de la circulation a eu lieu entre deux véhicules, rue Pierre Brossolette. Une policière stagiaire municipale et un agent de voirie se sont rendus sur place et vers 8 h 20 ils ont été pris pour cible par un homme muni d'une arme automatique. Trois coups de feu ont été entendus par les témoins de la scène. La policière n'était pas armée.

L'homme qui a tiré a réussi à prendre la fuite. Son véhicule, une Clio, a été retrouvé à Arcueil au niveau de la station de RER Laplace.

La policière, âgée de 34 ans, gravement blessée a été rapidement évacuée par le Samu, mais elle n'a pas survécu à sa blessure et est décédée vers 10 h 50.

Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, a quitté la réunion de crise organisée à la suite de l'attentat à Charlie Hebdo à laquelle il participait autour de François Hollande, et il s'est rendu sur place, à Montrouge, vers 9 h 15. Il a appelé à « la retenue, à la maîtrise et à la responsabilité ».

La BRI (Brigade de recherche et d'intervention) est arrivée un peu plus tard dans un camion blindé et plusieurs véhicules, pouvant laisser croire que l'individu était toujours sur place. Une vingtaine d'hommes a investi un hôtel situé à proximité des lieux de la fusillade et a perquisitionné chaque chambre, à la recherche du tireur ou d'indices. Sans résultat.

La section antiterroriste du parquet de Paris a annoncé l'ouverture d'une "enquête en flagrance" des chefs d'assassinat sur personne dépositaire de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste, « au vu du contexte actuel et de l'armement lourd de l'auteur des faits et du caractère délibéré d'un acte visant les forces de l'ordre ». #Fait divers