Le Royaume-Uni a été secoué par un véritable séisme ce mardi: la traditionnelle photo de la pin-up aux seins nus avait disparu de la page 3 du journal "The Sun", remplacée par un mannequin portant de la lingerie (habillée, donc). Face aux nombreuses interrogations, le porte-parole de l'éditeur du tabloïd, le célèbre Rupert Murdoch, avait alors simplement éludé la questions des journalistes d'outre-Manche en les renvoyant, ainsi que les amateurs de poitrines dénudées, au site page3.com où sont exposées les photos de ces pin-up qui ont fait la gloire du canard britannique. Le Times avait expliqué que c'est Rupert Murdoch lui-même qui a décidé de se passer de ses pin-up impudiques. "Il ne publiera plus de jeunes #Femmes seins nus en page 3. Il abandonne ainsi discrètement l'une des traditions les plus controversées du journalisme britannique", a-t-il été expliqué.

Un retour en fanfare

Mais voilà, face aux supplications de milliers (voire de millions) de lecteurs assidus de cette fameuse page 3, The Sun a visiblement fait marche arrière et la pin-up a refait son apparition ce jeudi sous les hourras de la foule, avec cette photo d'une certaine Nicole, 22 ans, tous seins à l'air. "The Sun n'a à aucun moment dit qu'il allait se passer de la page 3", a déclaré le porte-parole du journal, histoire de noyer le poisson. En tout cas, le retour de la bimbo sexy entre le scoop du jour et l'interview d'une ou l'autre star n'a pas fait que des heureux.

No more page 3!

Il faut dire que si les lecteurs masculins du Sun apprécient de boire leur café du matin devant des corps nus de jeunes filles à peine majeures, de nombreuses associations féministes et de représentantes politiques luttent pour la suppression de cette tradition vieille de 45 ans, créée lors du rachat du journal par le groupe Murdoch, depuis déjà quelques années. Un collectif a même été fondé. "No more page 3" avait récolté plus de 200.000 signatures en 2012 pour que cette photo "sexiste et dégradante" soit supprimée définitivement. "Ce pourrait être un grand pas dans la contestation du sexisme des médias", avait-il d'ailleurs déclaré ce mardi. Au grand dam de ses militants, ce ne sera donc pas le cas. "Il semble que le combat soit de retour", ont-ils annoncé ce jeudi.