C'est une marche historique en hommage aux 17 victimes des attentats de ces derniers jours qui s'est déroulée aujourd'hui. C'est une France en deuil mais qui résiste en force en assistant à cette marche solidaire. C'est une manifestation pour la liberté d'expression et contre le terrorisme et il y avait des gens de toute origine et de toute confession. Il était quasi impossible de circuler cet après-midi sur la place de la République.

Pour ceux qui connaissent bien la place de la République, on ne l'a jamais vue ainsi. Elle est pour ainsi dire... relookée de la tête aux pieds ! Des messages d'amours sont inscrits et des citations revisitées comme la fameuse phrase de Descartes, qui devient : « Je pense donc je suis Charlie ». Des fleurs et des crayons sont disposés autours et sur la place. Des bougies sont allumées et déposées, au fur et à mesure par les visiteurs depuis le 7 Janvier.

C'est d'abord une foule stagnante qu'on a pu voir place de la République, puis quelques-uns se sont mis à marcher vers place de la Nation.

Parmi les slogans qu'on a pu voir et entendre, il y avait « Je suis Charlie », « Morts de rire », ou encore un écriteau représentant un crayon et disant « ceci est un crayon pas une kalachnikov. »

On ressentait beaucoup d'émotion, des personnes qui prennent des photos, d'autres qui crient leur haine contre les terreurs de ces derniers jours.

Parfois des grands moments de silence et des moments d'applaudissements en synchronisation pour exprimer leur soutient et leur émotion.

On a pu voir des policiers sur les toits des immeubles parisiens qui entourent la place de la république mais les gens, loin d'être paniqués par leur présence, les ont remerciés car ils se sentaient rassurés.

La marche présidentielle, réunissant quelques quarante-quatre chefs d'Etats et de gouvernement a commencé au début du boulevard Voltaire, et s'est terminée à la place Voltaire. Même si elle était courte, elle a fait passer le message d'une union des pays du monde dans cette situation de crise. Et comme a pu le dire le président de la république François Hollande, Paris a été le temps d'une journée « la capitale du monde ».