Christiane Lecocq est décédée le 24 décembre dernier à l'âge de 103 ans. Mourir le jour de la naissance du Christ n'a déjà rien de banal mais, la concernant, on pourrait presque croire à un dernier pied-de-nez aux extrémistes catholiques qui l'ont toujours pointée du doigt.

Car si le nom de cette centenaire réjouie et impliquée n'évoque rien à la plupart des Français, il est bien connu de ceux qui l'été, des plages du Cap d'Agde à celles de l'Atlantique, pratiquent le naturisme. Christiane Lecocq était en effet la fondatrice de la Fédération française de naturisme (FFN). Une fondation créée il y a 65 ans déjà. Une pionnière investie mais discrète. De sacrées convictions aussi, et un mental à toute épreuve, surtout à celle des ragots et des insultes. Imaginez un peu ce que revendiquer le naturisme comme mode de vie dans les années cinquante pouvait déclencher comme réactions hostiles, et qui plus est pour une femme!

Des réactions dont Christiane n'avait que faire. Cette habitante des Yvelines (où elle est également décédée) a fondé le tout premier centre de vacances naturistes en 1950 avec l'appui de son mari Albert, un autre convaincu de la première heure. Le centre, situé en Montalivet en Gironde, existe d'ailleurs toujours. Il est même l'un des plus importants de France!

La même année, Christiane montait la Fédération française de naturisme et, dans la foulée, la Fédération de naturisme internationale (FNI), trois ans plus tard. Un sacré cran, donc, et qui, surtout, a porté ses fruits: à l'heure actuelle, la fédération internationale compte plus de 15 millions d'adhérents à travers le monde! Pour l'Europe, majoritairement des Hollandais, Anglais et Belges, car il est vrai que les pays latins restent culturellement encore un peu plus réfractaires au mouvement.

C'est aussi grâce à elle (ou "à cause", rétorqueront quelques esprits chagrins...) que la France est devenue la première destination de vacances naturistes d'Europe, avec un nombre de pratiquants (Français et étrangers compris) estimé entre 3 et 5 millions chaque été. Car la France, c'est aujourd'hui 150 campings naturistes, 20 clubs, 200 000 emplacements de camping et 60 000 lits, situés majoritairement sur la côte aquitaine (Montalivet) et au bord de la Méditerranée (Cap d'Agde, Port Leucate...).

C'est aussi 3000 emplois directs et indirects et un chiffre d'affaire annuel estimé par la fédération à plus de 250 millions d'Euros. De quoi, en période de crise, clouer le bec aux détracteurs des "tout nus"? #Femmes