Marion, 13 ans, met fin à ses jours par pendaison, le 13 février 2013. Aujourd'hui sa mère, Nora Fraisse s'apprête à sortir un livre intitulé Marion, 13 ans pour toujours.

Ce dimanche, la courageuse mère s'est confiée dans l'émission Sept à Huit, diffusé sur TF1. Dans son entretien, elle met en garde les téléspectateurs sur le harcèlement des adolescents à l'école.

Marion était la victime de certains de ses camarades d'école. A l'époque des faits, elle se trouvait en classe de 4e, au collège Jean-Monnet de Briis-sous-Forges (Essonne). À l'époque, Nora était loin de s'imaginer que sa fille subissait un harcèlement moral perpétré par ses camarades de classe. Une situation très lourde à vivre pour les victimes, qu'aucune mère ne s'imagine.

Et pourtant, dans les cours de récréation des écoles françaises, 1 enfant sur 10 est victime de harcèlement. Une situation qui est d'autant plus accentuée par les réseaux sociaux. Un constat qu'a souhaité rappeler Nora. Près de deux ans après la mort de sa fille, elle revient sur les propos tenus à son encontre. Insultée et menacée sur #Facebook et au collège, c'est son portable, retrouvé sur place, qui met la lumière sur ce que subissait la jeune fille. "Ils ont dit 'Va te pendre' à Marion, c'est ce qu'elle a fait", confie la mère de Marion.

Dans son livre, elle revient sur la notion de harcèlement. "C'est comme le supplice chinois: goutte à goutte, puis on n'en peut plus. Ce livre est aussi pour mes deux autres enfants. Pour leur dire qu'on va s'en sortir, coûte que coûte. Et pour leur dire que l'école est un lieu d'épanouissement, pas de souffrance", explique-t-elle dans Sept à Huit.

Ce qui s'est passé ce 13 février 2013 là

"Jamais je n'aurais imaginé que ma fille mettrait fin à ses jours", explique Nora. "Elle était malade, elle n'est pas allé au collège", poursuit-elle.

Ce n'est que le lendemain des faits que les parents de Marion ont commencé à avoir des réponses à leurs nombreuses questions. "En ouvrant le Parisien, il était écrit que notre fille avait laissé une lettre et qu'elle avait mis fin à ses jours parce qu'elle avait subi des brimades de la part de ses camarades de classe", se confie Nora.

Les autorités ont remis aux parents de Marion deux enveloppes, retrouvées dans sa chambre. Sur la première, la jeune fille s'adresse à son collège. Elle y explique en détaille les humiliations et les insultes qu'elle subissait en cours. Elle n'oublie pas de mentionner ses bourreaux, qui sont au nombre de 5. "Ma vie a basculé. Et personne ne l'a compris" conclut-elle.

Sur la deuxième enveloppe, Marion écrit: "Mes meilleurs souvenirs avec vous". En l'ouvrant, ses parents ne trouveront rien de plus. Une enveloppe vide, qui témoigne, certainement, des souffrances de l'adolescente. #Télévision #Fait divers