Le procès concernant l'affaire Liliane Bettencourt s'est ouvert ce matin vers 10 heures à Bordeaux. Plusieurs personnes, faisaient partie de l'entourage de la milliardaire, sont accusées « d'abus de faiblesse ». Le procès censé durer 5 semaines, débute par un véritable coup de théâtre.

Alain Thurin, 64 ans, est l'ancien infirmer de Liliane Bettencourt. Il a été licencié pour « abus de faiblesse ». Alors que l'homme était supposé se présenter au tribunal ce matin, on apprend que le sexagénaire est entre la vie et la mort. Actuellement, il est hospitalisé à Arpajon.

Que s'est-il passé ?

L'ex-infirmier a tenté de mettre fin à ses jours dimanche, dans l'après-midi. Il a été retrouvé, par un individu, pendu dans un bois non loin de son domicile, à Brétigny-sur-Orge, dans l'Essonne.

« Nous ne savons pas s'il est mort ou vivant », annonçait Denis Roucou, président du tribunal. Mais un peu avant midi, une source proche de l'affaire confiait que le pronostic vital d'Alain Thurin serait « engagé ».

Il est encore difficile de déterminer les raisons qui ont poussé l'homme à vouloir se suicider. On savait qu'il n'avait aucun avocat pour le représenter ce matin. Une piste sérieuse qui peut être retenue. Suite à cette nouvelle, pour le moins bouleversante, l'audience reprendra mardi 27, au matin.

Un procès programmé jusqu'à fin février

On compterait pas moins de dix personnes inculpées «d'abus de faiblesse » à l'encontre de la 11e fortune mondiale (classement selon le magasine Fortune). Parmi eux, on pourrait citer l'ancien gestionnaire de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre, l'ancien ministre Eric Woerth ainsi que l'ancienne comptable de l'héritière de L'Oréal, Claire Thibout.

Certaines personnes, malgré une convocation, étaient absentes au tribunal de Bordeaux. Pour diverses raisons personnelles. C'était le cas de Carlos Cassina Vejarano, l'ex-gestionnaire de l'île au Seychelles de Madame Bettencourt. Il aurait mentionné des problèmes liés à sa santé. Une excuse aussi utilisée par Claire Thibout. Ce sont les avocats qui en auraient informé le tribunal et justifié par un certificat médical. Une absence pas au goût de la défense.

Le procès devrait, normalement, durer 5 semaines, soit jusqu'au 27 février. #Justice