Nous sommes tous bien d'accord sur le sujet. Le port d'armes à feu est bien légal aux Etats-Unis mais pas dans nos contrées européennes. Dès lors, comment les frères Kouachi et Coulibaly ont-ils pu disposer d'un tel arsenal militaire sans le moindre problème ? Des réponses existent à cette question. On comprendra d'ailleurs assez vite que c'est presque devenu un jeu d'enfants de se procurer de tels engins de guerre. En #Belgique, c'est, semble-t-il, dans le quartier de la gare du Midi que foisonne un véritable trafic d'armes de pointe. C'est ce que relève Christian Leuprecht, professeur au Collège militaire royal du Canada, visiblement bien au courant de ce trafic. « C'est l'instabilité dans l'est de l'Ukraine, en Syrie, en Irak et au Maghreb qui contribue au flot d'armes », explique-t-il. Ces armes passent donc les frontières sans le moindre problème. « Pour une poignée de dollars, vous pouvez acheter des armes en Ukraine et les revendre plusieurs milliers d'euros en Belgique. Les autorités ont pour le moment été incapables d'endiguer ce trafic », indique-t-il. Pour cet expert, le trafic d'armes en Europe fonctionne comme celui de la drogue avec des passeurs qui transportent la marchandise d'un point A à un point B. « Plus besoin de grands réseaux, deux à trois gars suffisent pour obtenir ces armes ». Des déclarations qui font froid dans le dos. Et qui peuvent laisser entrevoir de nouvelles attaques de ce type. « Je ne serais pas surpris que ça se reproduise en Europe », confirme-t-il d'ailleurs. Les nombreuses saisies effectuées en France en 2014 sont bien la preuve que ce trafic continue de foisonner.

Des armes en provenance de Serbie et de Bosnie

Si certains osent donc se prononcer sur le sujet, d'autres, aussi au courant, préfèrent néanmoins garder l'anonymat. « On peut facilement se procurer ce type d'armes de guerre sans attirer l'attention », explique un responsable de la lutte antiterroriste français. Un expert du trafic d'armes en France y va aussi de sa petite explication. Il pointe les pays de l'est…mais pas que l'Ukraine. « Depuis la fin des guerres en Yougoslavie, de nombreuses munitions sont arrivées en Europe occidentale en provenance de Serbie et de Bosnie ». Le tout de façon très discrète. « Les kalachnikovs arrivent par camion. Maximum trois et elles sont planquées à l'arrière ». Les terroristes constituent donc leur réserve petit à petit, pour ne pas se faire repérer. Se procurer des grenades, lance-roquette, kalachnikovs,… « Y a qu'à » connaître les bonnes personnes. Glaçant !