À l'heure où j'écris ces lignes, des Strasbourgeois se relaient toujours au pied de la statue de Kléber où des mains anonymes ont déposé des bougies pour rendre hommage à Charlie. Ce prénom se répète sur des banderoles, il a été scandé toute la soirée par des milliers de personnes qui se sont réunies spontanément sur cette grande place dans la ville des droits de l'homme.

Certains brandissaient le dernier numéro de Charlie Hebdo, d'autres tenaient à bout de bras des pancartes prônant la liberté d'expression, d'autres encore allumaient des bougies ou tendaient vers le ciel un crayon, arme dérisoire de nos caricaturistes assassinés par cette folie ignominieuse qui renvoie à l'ignorance et à l'obscurantisme.

Publicité
Publicité

Le documentaire de Stéphanie Valloato intitulé "Fantassins de la démocratie" mettait déjà en lumière le difficile travail de caricaturistes oeuvrant en Israël, en Palestine, en Tunisie, en France, en Côte d'Ivoire, en Algérie et qui affichaient une impertinence salutaire au péril de leur vie.

Aujourd'hui, le terrorisme a frappé à Paris en exterminant douze personnes dont quatre dessinateurs: Charb, le directeur du journal, Cabu, Wolinski et Tignous.

Pourquoi les terroristes n'aiment pas les caricatures? Tout simplement parce que leur caractère humoristique est en partie lié avec un certain type de satire et que les terroristes n'aiment pas que l'on tourne en dérision leurs croyances.

Car rappelons-le, l'essence même du terrorisme puise sa source dans l'intolérance. Et c'est cette intolérance-là qui a coûté la vie à nos quatre "fantassins de la démocratie" et que le monde entier condamne.

Publicité

Les dessinateurs de tous les continents rendent hommage aux caricaturistes de Charlie Hebdo, ils le font avec pour seule arme un crayon au risque de leur vie comme nous avons pu le voir aujourd'hui.

Mais comme la plume, le crayon est plus fort que l'épée et c'est pour cela qu'il nous faut résister au nom de notre liberté. Le rassemblement à Strasbourg mais également dans d'autres villes de France témoigne de l'émotion d'un peuple qui vient d'entrer en résistance au nom de la liberté d'expression qui est la plus belle raison d'être!

BN