Le débat entre les juifs et les musulmans existe depuis longtemps et est, par ailleurs, on ne peut mieux illustré par le conflit qui oppose Israël à la Palestine. Cependant, en France, les communautés juive et musulmane vivaient plutôt en paix… Jusqu'à ce que les trois terroristes ayant semé la terreur la semaine dernière ne viennent provoquer la pagaille.

Le Premier ministre français, Manuel Valls, a affirmé mardi devant l'Assemblée en séance spéciale : « la France est en guerre contre le terrorisme, le jihadisme et l'islamisme radical », mais pas « contre l'islam et les musulmans ». Un message fort adressé à ceux qui, soit ont une dent contre la communauté juive, soit tiennent l'ensemble des musulmans pour responsables des actes perpétrés par trois hommes, dont l'un d'eux, qui visait principalement les juifs.

D'un côté, il y a cette forme d'antisémitisme née sur Internet ou d'autres moyens de communication, et qui prône la détestation de l'Etat d'Israël, et la haine de tous les juifs. Cette forme est, en quelques sortes, ressurgie chez certains à la suite des attentats perpétrés par les musulmans radicaux et extrémistes la semaine dernière. Or, après les horreurs de la Deuxième Guerre Mondiale, et les victimes déjà nombreuses du conflit israélo-palestinien, il semble grotesque de pouvoir encore tenir de tels propos et avoir de telles idées au jour d'aujourd'hui, en France, terre de liberté, d'égalité, et de fraternité.

De l'autre côté, il y a toute la communauté musulmane qui ne veut en aucun cas être associée aux faits terribles perpétrés par des islamistes radicaux. Cependant, on dénombre aujourd'hui déjà énormément d'actes anti-musulmans, sur divers lieux de culte de l'islam (mosquées, cimetières, etc). Cela prouve que certains condamnent les musulmans en règle générale. Il s'agit là d'une grossière erreur, étant donné que le terrorisme est à condamner, non pas la religion islamique dans son ensemble.

À l'heure actuelle, un grand dispositif de sécurité voit le jour en France, incluant des protections particulières pour les communautés juive et musulmane. Nous ne pouvons qu'espérer que ces tristes événements ayant coûté la vie à 17 personnes la semaine passée ne viendront pas relancer un débat entre juifs et musulmans. Le débat devrait se maintenir autour de la lutte contre le terrorisme, et le combat pour le maintien de la liberté d'expression. #Charlie Hebdo