Mercredi 14 janvier, les premiers exemplaires du dernier numéro de #Charlie Hebdo depuis l'attentat du 7 janvier sont sorti. Tous les kiosques de France se sont vus en rupture de stock vers 10h malgré les 3 millions d'exemplaires imprimés. Tandis que les marchands de journaux se réapprovisionnent tous les jours jusqu'au 19 janvier, d'autres ont trouvé le moyen de revendre des exemplaires sur des sites internet tel que eBay.

Il a été notifié que le Charlie Hebdo serait occasionnellement tiré à 5 millions d'exemplaires afin de faire face à la demande et éviter les échanges à prix d'or sur le web. Plus de 500 annonces présentant le n°1178 sont sur eBay. La mise en ligne de ces annonces a commencé le mardi sans même connaître la forte poussée mercredi et les prix de vente ne cessent d'augmenter. 

Jusqu'à 999.999 euros !

Telle est l'offre d'un utilisateur qui précise qu'il s'agit d'un journal « neuf, n'ayant jamais été lu ni utilisé, en parfait état, sans pages manquantes ni endommagées ». Il y a aussi des Charlie Hebdo à 75.000 euros, ou encore 25.000 euros assurant qu' « une partie de la vente sera reversée à la direction de Charlie Hebdo sous forme de don ».

PriceMinister et Le Bon Coin refuse catégoriquement le business autour de Charlie Hebdo

Sur d'autre site de vente en ligne, la vente de ce numéro de Charlie Hebdo est refusée. PriceMinister a annoncé sur Facebook qu'« après avoir hésité, nous avons décidé de n'accepter à la vente sur  riceMinister d'aucun produit lié au business #JeSuisCharlie et aucun numéro de Charlie Hebdo proposé à prix exorbitant ». Les numéros antérieurs sont tolérés à la vente en ligne car il sont vus comme « collector » par le site. Il s'agit là d'un « sujet très sérieux, on ne veut pas se faire de publicité là-dessus », a annoncé le porte parole de PriceMinister sur le Huffington Post.

Malgré l'ambition de certaine personne à vendre ces journaux sur le web, la majorité des gens interrogées dans la rue trouve cela "dégueulasse" et ne trouve pas cela normal de profiter de la situation à ce point.