Blasting News : Pouvez-vous nous livrer une première réaction sur les attaques de Copenhague ?

Dominique Sopo: C'est un attentat terroriste que nous dénonçons, bien évidemment. Nous sommes face à des personnes qui, comme lors des attaques de Charlie Hebdo et de l'Hyper Casher, s'en sont pris à la liberté d'expression, puis aux juifs. Ce sont des individus animés d'une idéologie profondément raciste et antisémite dans une sorte de délire de pureté. Il faut réaffirmer que nous sommes mobilisés, que nous n'avons pas peur, et que nous sommes là pour défendre des acquis qui nous sont précieux, c'est à dire la liberté et le vivre ensemble.

Pourquoi avez-vous tenu à organiser ce rassemblement ?

Tout simplement parce que quand nous sommes confrontés à des attaques à l'encontre du vivre ensemble, contre les juifs, SOS Racisme doit être présent dans la thématique de l'anti-racisme. Nous devons nous mobiliser. Ces terroristes essaient d'instaurer la terreur, mais surtout, et ce n'est pas assez dit, ils espèrent que leurs actes entraînent des représailles contre les musulmans. Et que les musulmans eux-mêmes en retour soient dans une logique de représailles. Ils veulent dynamiter le lien social et le vivre ensemble. Il ne faut pas les laisser faire. Il faut montrer que nous sommes conscients de leur tentative, que nous ne sommes pas dupes. Et nous répondrons par davantage de vivre ensemble, et non pas avec de la haine.

Après Paris et Copenhague, redoutez-vous l'escalade ?

Il faut être vigilant. On sait très bien, à partir du moment où il y a quelques milliers d'individus sur le territoire européen qui sont animés par ce type d'idéologie, par cette volonté de passage à l'acte, qu'un petit nombre de personnes peut faire énormément de dégâts. On l'a vu à Paris, on le voit aujourd'hui à Copenhague. Il y a bien sûr la problématique sécuritaire, qui n'est pas du ressort de SOS Racisme. De notre côté, nous devons montrer que nous sommes dans des sociétés qui savent répondre par la cohésion, parce que c'est la solidité du vivre ensemble qu'ils essaient d'éprouver. Et si ces gens-là se rendent compte que ce vivre ensemble s'effrite, ils continueront à mettre du sel sur ces plaies là. Il ne faut pas leur donner cet avantage. Je tiens à dire que jusqu'à présent, la société française a répondu avec beaucoup de dignité, et je pense que ce sera aussi le cas de la société danoise. C'est la force que l'on peut avoir face à ces terroristes. #Terrorisme