Blasting News : Comment réagit Gleeden face aux accusations qui sont portées contre la publicité du site? 

Solène Paillet : Le problème, c'est que nous n'avons pas encore reçu l'assignation en justice, donc nous ne savons pas précisément ce qui nous est reproché. Mais face à la polémique qu'ils invoquent, nous sommes tout simplement étonnés. Cela fait cinq ans que le site existe et il s'est imposé. Ce n'est pas nouveau ! Nous sommes étonnés des réactions qui surviennent maintenant alors qu'il ne s'est rien passé auparavant. Pourquoi est-ce que ça choquerait les gens maintenant et pas il y a cinq ans ?

On s'est vite rendu compte en visitant les réseaux sociaux que les plaintifs sont des groupes catholiques, qui avaient déjà protesté contre le mariage pour tous par exemple. Ils se sont regroupés et ont créé un effet de masse pour avoir plus d'importance. Ces gens n'aiment pas forcément l'évolution, l'ouverture d'esprit.

BN : Comprenez-vous que cela puisse choquer des gens ? 

SP : On comprend, parce que l'infidélité n'est pas un sujet neutre et cela peut déranger. Mais nous sommes avant tout un produit, on assume ce que l'on vend ! On entend que ça choque, mais nous ne faisons que répondre à une réalité sociale.

BN : Vous êtes également spécialistes en publicités interpellantes ! Est-ce votre stratégie pour faire parler de vous ou une simple campagne de publicité classique ?

SP : Nous faisons de la publicité classique avant tout. Mais il est vrai qu'à nos débuts, nous avons opté pour un peu de provocation pas méchante pour permettre la réflexion. Mais nous sommes beaucoup plus sages aujourd'hui.

BN : Où en est justement Gleeden aujourd'hui ?

SP : Nous avons 2,3 millions d'utilisateurs à travers le monde, dont plus d'un million en France. Nous sommes présents sur tout le marché européen, en Italie comme en Belgique, en Espagne, au Royaume-Uni…

BN : Mais pas encore aux Etats-Unis ?

SP : Non, pas pour le moment. Nous attendons d'asseoir totalement notre position en Europe avant de nous implanter aux Etats-Unis. 

BN : Dans ce cas, pourquoi le siège de la société se trouve-t-il à New York et à Miami ?

SP : #Gleeden fait en fait partie de la société BlackDivine, fondée par deux frères français. C'est une société américaine avant tout, et la direction a choisi de rester aux Etats-Unis pour gérer Gleeden parce que c'était une question de facilité, et que d'autres sites et projets de BlackDivine se trouvent aux Etats-Unis et non en Europe.

BN : Qui va sur ce site ?

SP : Il y a plus ou moins 60% d'hommes pour 40% de femmes à l'inscription. Mais étant donné que les hommes payent pour envoyer des messages, dans la réalité, il y a autant d'hommes que de femmes qui sont actifs sur le site.

BN : Utilisez-vous des dispositifs pour protéger l'utilisateur ?

SP : Nous avons mis en place des dispositifs pour que l'utilisateur ne puisse pas révéler son identité. Par exemple, il peut mettre une photo publique, mais sans que son visage soit visible en entier ! Nous leur déconseillons de toute façon d'en mettre une. Ils ont également un album photo privé, qu'ils peuvent partager avec quelqu'un uniquement s'ils le souhaitent.

Il y a également un système de sortie d'urgence. Si l'utilisateur a peur que quelqu'un derrière son dos puisse voir ce qu'il fait sur Gleeden, il lui suffit de cliquer deux fois sur la touche Echap et il sera redirigé immédiatement vers une page web qu'il aura préalablement définit dans ses paramètres de compte. C'est pareil pour l'application mobile : il suffit de secouer le smartphone assez fort et l'application disparaît d'elle-même !

Pour ce qui est des cartes de crédit, nous n'indiquons qu'un libellé vague pour ne pas éveiller les soupçons. Et pour être sûr d'être discret au maximum, l'utilisateur peut également payer en cash, en achetant un ticket premium dans des bureaux de tabac !

BN : Et vous personnellement, vous n'avez aucun problème de « morale » avec ce site ?

SP : Avant d'y travailler, je n'étais pas forcément pour le concept. Mais je me suis depuis rendue compte que c'est la société dans laquelle nous vivons qui a créé la demande ! Les gens qui vont sur Gleeden trouveront de toute façon un autre moyen d'être infidèles s'ils le souhaitent. Il est clair que le fond n'est pas, disons, moral, mais il ne faut pas non plus être hypocrite. Ils n'ont pas besoin de nous pour être infidèles. #catholique