Alors que dans leurs petites annonces, Franck Dubosc et Ellie Semoun ne recherchaient qu'une blonde à forte poitrine, force est de constater que les critères des djihadistes en matières de femmes sont beaucoup plus pointus. Des critères qui ont été publiés il y a environ un mois par Al-Khansaa, une milice féminine de l'#Etat Islamique basée en #Syrie. Il vient d'être traduit par la Quilliam Foundation.

Intitulé : « Femmes de l'Etat islamique : manifeste et études de cas », il s'apparente à un véritable guide en plusieurs chapitres des « bonnes pratiques » que les femmes de djihadistes doivent respecter tout au long de leur vie.

Les miliciennes d'Al-Khansaa veillent d'ailleurs à la stricte application des ces bonnes pratiques et de l'idéologie islamique en général. Et en cas d'infraction, les malheureuses contrevenantes risquent ni plus ni moins d'être torturées...

Petit tour d'horizon de ce guide un peu spécial.

Cachée dans tous les sens du terme

« Il est toujours préférable pour une femme de rester cachée et voilée, afin de maintenir la société derrière ce voile » peut-on ainsi lire dans ce document. Mais pas question pour autant de sortir s'acheter la dernière niqab ou burqa à la mode, les boutiques de vêtements sont purement et simplement considérées comme des œuvres du démon.

Mais plus encore que de se cacher en permanence du monde extérieur, la femme de djihadiste doit rester avant tout à sa place, c'est-à-dire à la maison. Et bien qu'une bonne éducation soit encouragée, cette dernière ne porte que sur l'étude de la religion, de la couture, de la cuisine et bien sûr de l'art d'élever de jeunes petits djihadistes en herbe.

D'ailleurs niveau mariage, ce dernier est toléré pour une fille dès l'âge de neuf ans mais conseillé aux alentours des 16-17 ans. Ce qui pourrait leur permettre pendant trois ou quatre ans de vivre ce merveilleux conte de fée qu'est la vie de couple en Syrie. Pourquoi trois ou quatre ans ? Tout simplement parce que le manuel est conscient d'un fait tragique mais devenu banal en Syrie : « Les jeunes hommes ne dépasseront pas les 20 ans dans ces glorieuses générations. » !

Un mal pour un bien ?

Mais si ce « guide » ne manquera pas de faire bondir les activistes féministes du monde entier et une bonne partie des femmes en général, il est au moins porteur d'un excellent message. En effet, il va à l'encontre la plus totale des vidéos et autres messages postés sur les réseaux sociaux par les djihadistes. On y voit très souvent des femmes militantes participant aux combats. Ce qui n'est bien sur qu'une illusion pure et simple, destinée à la propagande. En somme une sorte de dérivé des pubs des grandes chaines de fast-food pour leur dernier hamburger, sauf qu'ici on ne retrouve nulle part la mention « photo non contractuelle »…

Bref, ce manifeste ne devrait pas plaire à la femme occidentale moyenne qui rechercherait à rejoindre les islamistes. Ce qui à mon humble avis est une très bonne chose. On comprend aisément que faire autant de kilomètres pour au final rester cloîtrée chez soi ne fasse pas tellement rêver…

Enfin signalons encore que ce type de document a déjà été découvert en octobre dernier, moins fouillé, il fournissait le même genre de conseils. #Djihad