Les représentants du peuple ont voté en faveur de la conception de nourrissons à partir de trois sources d'ADN dans le but d'éviter des maladies graves le 3 février dernier. Avec ce vote l'Angleterre devient le premier pays à franchir cette étape. Un sujet controversé, certes, mais qui permettra à plusieurs parents de procréer sans se soucier de leur bagage héréditaire.

Plus de 300 députés ont dit oui. Le projet doit tout de même être approuvé par la Chambre des Lords, ce qui, dans le système parlementaire britannique est une formalité. Il y a plus de 150 bébés qui naissent avec un mauvais fonctionnement mitochondrial transmis par la mère. Les mitochondries sont des structures spécialisées dans les cellules qui transforment le glucose en molécule énergétique. Lorsqu'elles ne fonctionnent pas bien, elles sont la source de problèmes importants tels que la myopathie ou le diabète.

La technique développée dans la ville de Newcastle est très simple. La mitochondrie défectueuse est retirée de l'ovule de la mère et est remplacée par une mitochondrie saine provenant d'un ovule d'une mère anonyme. L'ovule, après avoir été fécondé par le sperme du père est implanté dans l'utérus par voie in vitro.

L'ADN des deux parents est ainsi transmis à l'enfant exception faite de la partie mitochondriale qui crée les problèmes. La controverse pour plusieurs est liée au fait qu'une partie de l'ADN des parents n'est pas transmise...

Lors de consultations, un collectif d'associations avait fait valoir cette technique comme un avancement extraordinaire. « Les familles ont une première lueur d'espoir afin d'avoirs des enfants qui pourront grandir sans douleurs et sans souffrances », écrivait le groupe de son argumentaire.

L'un des précurseurs dans le domaine de la fertilité et des fécondations in vitro, Lord Robert Winston, a assuré aux députés que cette technique n'était pas plus dangereuse qu'une prise de sang. Les opposants voient en cette dernière une boîte de Pandore qui permettra la sélection des enfants. Des pours et des contres, mais l'Angleterre est une autre fois à l'avant-garde!