Les derniers Jeux Olympiques tenus à Paris datent de 1900 et 1924… soit 115 et 91 ans en arrière ! Il est peut-être temps de rectifier le tir et de les accueillir en 2024.

La concurrence de l'exposition universelle de 2025

Au départ, la maire (PS) de Paris, Anne Hidalgo, souhaitait organiser l'exposition universelle dans la capitale. Il n'était donc pas question de JO.

L'exposition universelle est publique et a pour objectif principal de mettre en valeur les réalisations industrielles de chaque pays. Ou en d'autres termes, de  montrer sa supériorité aux autres. La toute première s'est tenue à Londres en 1851, et se tient cette année à Milan du 1er mai au 31 octobre, 144 pays y participent. Des monuments sont devenus emblématiques des villes qui l'ont accueillie, à l'image de La tour Eiffel (1889) ou de l'Atomium de Bruxelles (1958).

Aujourd'hui, même si l'enjeu n'est plus vraiment le même, l'exposition universelle reste une très bonne publicité pour la ville et pour le pays hôte. En effet, les retombées économiques sont énormes grâce à la visibilité  qu'elle génère dans les médias du monde entier.

Pourquoi s'intéresser finalement aux JO ?

Il faut avouer que les Jeux Olympiques sont tout de même plus attractifs que l'exposition universelle… Là, tous les pays participent et l'attraction est encore plus forte. Le public étant plus intéressé par le sport que par les constructions métalliques. En plus, le côté compétition des JO est plus exacerbé, ce qui accroit l'intérêt pour cette manifestation sportive puisque tout le monde soutient son pays. C'est donc un vecteur publicitaire et économique encore plus important que l'exposition universelle. Il devient donc nettement intéressant de proposer la candidature de Paris aux JO de 2024 (dans 9 ans je le rappelle). Rappelons enfin qu'il y a longtemps que la ville n'a plus organisé d'événements mondiaux.

Ce que pense Anne Hidalgo

Elle semble très sensible à la candidature de la capitale, mais ne veut pas se précipiter dans sa décision. Qu'elle rendra d'ailleurs « en juin au plus tard ». Pour s'aider, elle souhaite consulter les instances économiques et mesurer l'impact écologique sur la ville. Le projet (sur le papier en tout cas) prévoit 4 milliards d'euros de dépense. Un budget qui peut paraitre ridicule face aux 31 milliards de Pékin et aux 36 milliards de Sotchi, mais qui semble séduire la maire.

A noter aussi que 73% des français sont favorables à l'accueil des JO en 2024 (sondage réalisé sur 1010 personnes selon la méthode des quotas). L'organisation des JO pourrait donc aussi se révéler un bon coup de communication pour Anne Hidalgo elle-même…

Côté finance

L'enveloppe donnée par le comité international olympique au comité d'organisation passera de 880 millions d'euros (1 milliard de dollars américains) à 1.76 milliard d'euros (2 milliards de dollars américains), à compter des JO de Tokyo en 2020. Un petit coup de pouce financier toujours bon à prendre...

Enfin, les JO sont souvent des accélérateurs de projets. C'est-à-dire qu'ils permettent de finir en temps et en heure (ou en minimisant le retard) des chantiers déjà engagés, ou parfois même de rénover des installations désuètes. Une opération intéressante qui peut redonner du neuf à la ville hôte.

Pour Paris, l'idée serait de construire « un village olympique d'environ 17.000 lits, d'un centre des médias, d'une piscine et des travaux d'accessibilité pour handicapés dans les transports » selon 20minutes.fr.