Inscrite au programme "off" de la manifestation "#Strasbourg mon amour", cette soirée baptisée "Red light district" joue sur les fantasmes du plus vieux métier du monde en affichant clairement le propos dans le mot d'ordre qui fait bondir les féministes, à savoir "L'amour se met en vitrine".

Et le bar dénommé "Mémé dans les orties", situé dans le quartier de la Krutenau où ledit événement libertin se déroulera, de proposer de surcroît un dress -code "Vintage porno chic"... Autant de références explicites au fameux "quartier rouge" d'Amsterdam qui ont fait réagir plusieurs associations strasbourgeoises qui ont, manu militari, rédigé et cosigné une lettre ouverte à l'attention de Franck Meunier, propriétaire de cet établissement.

Publicité
Publicité

Ce dernier, se défend, bien évidemment d'avoir voulu porter préjudice ou atteinte à la dignité des #Femmes ou de contribuer à la banalisation de la violence faite à leur encontre. "C'est juste un clin d'oeil...", explique-t-il dans les Dernières Nouvelles d'Alsace.

N'en déplaise à ce monsieur, on peut légitimement s'interroger sur les fantasmes conscients ou inconscients des organisateurs qui ont concocté le programme pour le moins scabreux de cette soirée qui nous renvoie immanquablement aux codes implicites de la prostitution!

Et les associations féministes de souligner cet aspect dans leur lettre ouverte: "Nous trouvons dommageable d'esthétiser et d'érotiser ce rapport de domination, qui plus est à l'occasion d'une soirée supposée fêter la Saint-Valentin de manière originale(...). Le thème de la prostitution nous semble être aux antipodes de votre objectif".

Publicité

Ce choix thématique paraît d'autant plus surprenant que l'injonction du dress-code "Porno chic mon amour" véhicule un ensemble de clichés qui nous renvoient à l'atmosphère glauque et sordide du procès DSK en cours...

Les organisateurs de cette manifestation, sans doute en manque d'imagination, plaident pour défendre leur cause le décalage et le second degré! Pour l'heure, ils n'ont pas convaincu les associations féministes strasbourgeoises que, leur responsable, Franck Meunier, rencontrera dès lundi prochain!

. .