Fait sans précédent : un élève de sixième qui s'absentait des cours au collège voit sa mère condamnée à 4 mois de prison sursis.

L'élève de sixième fréquentait le collège d'Escaudain (Nord), et n'y a presque jamais mis les pieds en deux années de sixième redoublées. Le jeune Simon n'est « presque jamais venu au collège » au cours de son année de sixième en 2012-2013, selon le principal du collège cité par le procureur de Valenciennes François Pérain dans un communiqué.

Durant sa deuxième année de sixième, il a manqué 79 demi-journées du premier trimestre. La maman de l'enfant, de son côté, ne donne pas beaucoup de nouvelles. Selon le procureur, elle refuse toute coopération avec l'Education nationale qui lui propose pourtant plusieurs solutions pour réinsérer son enfant. Elle ne suit pas les sanctions du juge pour enfants et ne répond pas non plus aux convocations.

Elle se défend lors de son audition au commissariat en évoquant les problèmes de santé de son fils, mais sans en démontrer les preuves. Une raison démentie par les services médicaux qui ne constatent dans les examens réalisés sur l'enfant aucune maladie.

Cette méthode existe depuis plus de 15 ans en Grande-Bretagne

En effet, depuis 1998, le système éducatif a établi des règles bien précises quant aux sanctions à l'encontre des parents d'élèves peu assidus en classe. Les sanctions visent également les autres incivilités de l'élève concerné.

Les sanctions les plus communes sont les « parenting orders » (condamnation de parents). Ce sont la plus part du temps des condamnations par la #Justice à des peines légères. Ces condamnations ne sont toutefois pas notées dans le casier judiciaire. Cette sanction, « le parenting order » a pour but d'impliquer d'avantage les parents dans le suivi éducatif de leurs enfants. Trois mois de cours parentaux sont également inclus dans ce programme.

Dans un deuxième temps il y a les amendes et parfois les parents sont commandés à verser jusqu'à un millier de livres sterling. Alors, le système français sera-t-il réformé et suivra-il le système britannique ?

L'absentéisme répété fait parler de lui depuis plusieurs années. En septembre 2010, nous avons pu constater l'entrée en vigueur de loi d'Eric Ciotti (UMP), qui avait pour but de suspendre les allocations familiales en cas d'absences répétées et injustifiées. Elle sera finalement supprimée 2013 car jugée non efficace. #Ecole