Jamel Debbouze, révélé au carrefour des années 2000 sur Canal + aux côtés d'Eric et Ramzy grâce à la série télévisée H, possède aujourd'hui une place prépondérante dans le Paysage Audiovisuel Français.

Si l'humoriste n'a pas hésité à lancer de jeunes talents via le Jamel Comedy Club, il a aussi démontré son engagement politique en jouant dans des films comme Indigènes en 2006, ou plus récemment La Marche en 2013.

En effet, depuis un peu moins de 10 ans, le compagnon de Melissa Theuriau n'hésite pas à donner son opinion politique lors de certaines de ses sorties médiatiques.

Incontestablement marqué à gauche, Jamel Debbouze s'est ainsi toujours posé en soutien du Parti Socialiste, s'opposant de façon virulente à Nicolas Sarkozy lorsque ce dernier était à l'Elysée, ou en s'en prenant au #Front National. Il a demandé ce lundi 23 mars aux Français " d'arrêter de flipper ".

Retour sur ses faits d'armes les plus marquants

2006 : son soutien à Ségolène Royal

Invité sur le plateau du Grand Journal le 14 avril 2006, il n'hésite pas à demander directement à Ségolène Royal si elle compte se présenter aux élections présidentielles, juste après l'avoir fait bouger sur la chanson de Diam's La Boulette.

Lorsque l'actuelle ministre de l'écologie lui répond par l'affirmative, c'est évidemment une ovation qui salue cette séquence culte.

2011 : quand Jamel kiffe Aubry

Dès le mois d'août 2011, Debbouze annonce qu'il votera pour le candidat socialiste lors des élections présidentielles de 2012.

Néanmoins, le natif de Paris, qui a grandi à Trappes, a une préférence marquée pour une candidate en particulier.

Il n'hésite pas à marquer son soutien à Martine Aubry en déclarant " J'aime cette meuf ", soulignant aussi son engagement, réussi à ses yeux, à la mairie de Lille.

2011 : " On est au Sénat "

En septembre 2011, pour la première fois dans l'Histoire de la Vème République, le Sénat bascule à gauche.

Invité pour faire la promotion de son spectacle Tout sur Jamel, on retrouve un Debbouze en train de jubiler sur le plateau du 19/20 de France 3.

Il n'hésite ainsi pas à clamer sur un air de victoire " On est au Sénat, on est Sénat " à plusieurs reprises, ce qui amuse par ailleurs beaucoup son interlocutrice, la présentatrice Catherine Mataush. #PS