Ce samedi 7 mars après-midi, alors que nous sommes à quelques mois des épreuves des concours d'entrée aux Ecoles de commerce, les élèves ont vu le site dédié Ecricome hacké. Baptisés eux-mêmes les "Anonymous Algeria", les hackeurs se sont présentés sous différents pseudo: Oussama 911, Djamal 111154, Amir-Dz, Oum 99; ackasif Dz et achraf Dz.

Une action liée aux Anonymous?

Initialement les "Anonymous" sont un groupe des personnes engagées pour la liberté d'expression. Ils agissent principalement sur #Internet et le mouvement prend de l'ampleur.  Les hackers du site Ecricome se présentent comme des Anonymous, mais est-ce que les raisons et la portée de leur acte sont véritablement dans la lignée et l'idée principale des Anonymous ?

Il semblerait que l'acte ne soit pas relié au combat pour la liberté d'expression, les auteurs du #Piratage ne revendiquent d'ailleurs rien. On pourrait imaginer qu'ils souhaitent lutter contre le système capitaliste ou encore l'élitisme (intellectuel ou financier ?), contre les écoles de commerce. Mais jusqu'à aujourd'hui rien ne nous permet d'être certains de leurs volontés. Au-delà de cette absence de revendications, les seules informations que nous avons sont des liens pour aller observer leurs autres actes militants, une page Facebook et un compte Tweeter... Force est de constater que leur acte est plus à visée honorifique que polémique.

Hacking: ce que dit la loi

Ce qu'il faut savoir sur le hacking c'est que plusieurs lois (la loi dite « Godfrain » du 5 Janvier 1988 (n° 88-19) et la loi « pour la confiance dans l'économie numérique » du 21 juin 2004 (n° 2004-575)) font que le hacking est juridiquement considéré comme une infraction pénale punie par la loi. Or, il n'existe aucun dispositif de sécurité - réellement fonctionnelle - pour dissuader les hackers. La notoriété et les volontés politico-sociales dépassent nettement cette crainte.

Mais ici, le problème juridique va plus loin: comme les hackers sont algériens et que le site est français, des questions d'extraterritorialité se posent... Quelle loi prime ? Et comment punir pour un acte incorporel ?