« Vengeance » : c'est le nom du blog qui fait polémique et inquiète les forces de l'ordre depuis plusieurs jours en France. Ce site, lancé en février dernier, diffuse des photos et des informations personnelles de fonctionnaires de police et de gardiens de la paix exerçant en région rennaise. Alertée ce mardi par le syndicat Unité SGP Police-FO, second syndicat de gardiens de la paix, la direction de la police a saisi la police judiciaire qui s'est chargée d'ouvrir une enquête.

Un « annuaire d'informations »

Sur la page d'accueil du blog, les internautes découvrent qu'il s'agit d'un « annuaire d'informations des forces de l'ordre » et ils sont invités à envoyer des « infos » telles que « photos, noms, adresses ». En effet, en y regardant de plus près, le site serait presque digne d'un fichier des renseignements généraux. Il collecte des informations privées et très précises au sujet d'une centaine de fonctionnaires de police et de gardiens de la paix de la région rennaise.

Non seulement le blog diffuse la photo des agents (seuls ou entourés de leur famille) mais il communique également leur adresse de résidence, leur date de naissance, leur numéro de téléphone ou encore leur situation matrimoniale. Des renseignements qui ont été glanés via les réseaux sociaux, notamment leurs profils Facebook.

Par ailleurs, une liste des véhicules utilisés par les forces de l'ordre ainsi que leurs plaques d'immatriculation a été dressée et publiée.

Des syndicats révoltés

Lorsqu'ils ont découvert l'existence de ce blog, les différents syndicats de police et de surveillants de prison ont immédiatement réagit. Dans un communiqué, Unité SGP Police FO a « fermement condamné » la « recrudescence » de « menaces contre les policiers ». Le syndicat a demandé au ministère de l'Intérieur de « faire fermer » ce blog et souhaite que les « responsables soient interpellés » et « condamnés ».

Un avis que partage l'UNSA Police : « On demande au ministère de saisir immédiatement la justice et il faut que la justice soit ferme », a déclaré Christophe Crépin, délégué syndical chargé des relations presse. Et d'ajouter : « Ces fonctionnaires ont droit à l'anonymat ».

Ce mercredi, en fin de journée, un message indiquait aux internautes que le blog avait été fermé.

Cette affaire rappelle étrangement celle du réseau « Copwatch » il y a trois ans, à Paris. Un site fichait les fonctionnaires de police et les gendarmes exerçant en Ile de France. Au total, plus de 450 photos avaient été diffusées.