Après la « Neknomination » qui consistait à boire de l'alcool en quantité et le « A l'eau ou un resto » où les participants devaient se jeter à l'eau, un nouveau défi fait son apparition sur #Facebook. La nouvelle lubie des adolescents est le « 12, 24, 72 », ou encore « le jeu des 72 heures ». Un défi qui se transforme en une véritable angoisse pour les parents. Le but est de disparaître pendant 12, 24 ou 72 heures et ce sans donner la moindre nouvelle à la famille et aux proches. S'il amuse les jeunes qui s'y prêtent, c'est loin d'être le cas de leurs parents. De retour chez lui, l'adolescent doit nommer 3 de ses amis qui devront eux aussi fuguer.

A 13 ans, elle fugue pendant 72 heures

C'est le seul cas connu à l'heure actuelle. Emma, une jeune fille âgée de seulement 13 ans, s'est prêtée au jeu des 72 heures. Certainement nominée par l'un de ses amis Facebook, l'adolescente a quitté le domicile de ses parents à Marly, dans le Nord. Le dimanche 26 avril, soit trois jours plus tard, elle revient chez elle sans donner trop d'explications sur sa soudaine disparition. « La mineure est restée très floue sur ce qu'elle avait fait pendant cette fugue refusant de donner les noms des personnes qui l'auraient aidée », précisent les autorités de Valenciennes.

Inquiets, ses parents pensent à un enlèvement et préviennent les forces de l'ordre. Des amis proches d'Emma la croyaient partie avec un homme sexagénaire avec qui elle serait en couple. A son retour, Emma a expliqué avoir participé au défi Facebook « 12, 24, 72 » mais en restant très évasive sur les personnes qui l'ont aidé durant sa fugue. Les enquêteurs ont entamé des recherches sur ces personnes ainsi que sur l'homme de 63 ans.

Afin d'aider les parents qui se retrouvent dans le même cas que ceux d'Emma, l'association SOS Benjamin s'est entretenue avec le 20 Minutes. « Nous conseillons aux parents de vérifier les profils Facebook ainsi que les téléphones portables de leurs enfants. Il faut par ailleurs qu'ils les incitent à en parler à des adultes », explique Magali Duwelz, un membre de l'association spécialisée dans la prévention sur les jeux à risques. Quant à l'ARPD, l'association Assistance et recherche des personnes disparues, elle préfère ne pas trop parler de ce nouveau défi. Selon Thierry Coulon, le président, plus on parlera de ce jeu Facebook et « plus ça va donner des idées aux gamins ».

Garder le secret ou recommencer

Une jeune femme de 18 ans qui a répondu à l'appel à témoin du 20 Minutes s'est entretenue, elle aussi, avec les journalistes. « Je n'ai pas voulu faire le défi que j'ai trouvé stupide », explique-t-elle.

D'après ses explications, les jeunes qui participent à ce défi doivent tout faire pour ne pas être retrouvés durant leur fugue et surtout ne rien dire à leur retour. Sinon, c'est perdu. En effet, l'objectif même de ce jeu est de disparaître et de rester caché sans moyens de communication. « Quand on leur demande où ils étaient, ils vous disent "Bah, j'ai fait mes 12 heures". On ne sait pas où ils sont passés », poursuit la jeune femme interrogée. #Jeunesse