Déclenché pour la dernière fois jeudi dernier suite à la disparition de la petite Berenyss âgée de 7 ans, qui a été retrouvée le soir même, le plan "Alerte #enlèvement" a permis, depuis sa mise en place en 2006, de retrouver 18 enfants grâce aux 14 alertes lancées (certaines pour plusieurs enfants), soit un taux de réussite de 100%.

Les conditions du déclenchement

Pour pouvoir déclencher le plan "Alerte enlèvement", quatre conditions sont nécessaires. Il faut tout d'abord que la victime soit mineure, que sa vie soit en danger, que l'enlèvement soit avéré et que les enquêteurs disposent d'éléments nécessaires à l'identification et la localisation de la victime ou du suspect.

Mais même si toutes ces conditions sont réunies, le déclenchement du dispositif n'est pas automatique. En effet, "c'est un acte d'enquête laissé à l'appréciation du procureur de la République. C'est lui qui décide le déclenchement" précise le ministère de la Justice.

Diffusion de l'alerte via 50 canaux

Dès que l'alerte est déclenchée, des messages sont diffusés très régulièrement pendant trois heures à travers une cinquantaine de canaux parmi lesquels la télévision, la radio, les gares, les panneaux autoroutiers, les réseaux sociaux...

Les premières heures sont les plus importantes. En effet, comme le révèle une étude menée aux Etats-Unis, sur 621 enlèvements qui se sont terminés par un homicide, 74% des enfants étaient tués dans les trois heures après la disparition et 91% dans les 24 heures.

Inspiré des Etats-Unis

Le plan "Alerte enlèvement" est inspiré de l'"Ambert Alert" qui a été mis en place au Texas en 1996 après l'enlèvement et le meurtre d'Amber Hagerman. En France, le dispositif a été testé pour la première fois en 2005. Il avait permis alors de retrouver Aurélia, 6 ans, dans le Maine-et-Loire. Mais c'est en juillet 2006 que l'"Alerte enlèvement" est déclenchée officiellement pour la première fois suite à la disparition de deux sœurs, Mélissa et Émeline, dans le Maine-et-Loire.

Le déclenchement du dispositif jeudi dernier a peut-être poussé le ravisseur de la petite Berenyss à relâcher la fillette qui a été retrouvée seine et sauve le soir même. #Fait divers