Le mercredi 15 avril, en après-midi, le cimetière Saint-roch-de-Castres a été l'objet d'actes de vandalisme. Plusieurs tombes ont été détruites. Des statues de la vierge étaient tombées sur le sol dans certains endroits. Les raisons de ces actes ne sont pas encore connues des autorités qui ne mentionnent pas de gestes haineux bien qu'ils ne les excluent pas.

Selon les renseignements amassés, un homme s'est introduit dans le cimetière au cours de la pause des gardes de sécurité. Il aurait saccagé les tombes. Pour le maire de Castres, Pascal Bugis, ces gestes sont « simplement intolérables ».

Les signes visés par le ou les vandales étaient principalement les croix chrétiennes. Selon les informations du maire, 216 espaces ont été détruits dans l'ensemble du site. Il est intéressant de noter que la procureure de la ville est beaucoup plus modeste dans ses évaluations. Elle a indiqué qu'un total de 80 tombes saccagées. « Des sépultures ont été arrachées, des croix ont été cassées, certaines ont été descellées », a-t-elle commenté.

Pas de tombeaux ouverts

Il semble qu'aucun tombeau n'ait été ouvert par les vandales. La procureure a insisté que « pour l'instant les signes ne permettent pas de conclure à un geste haineux ou à un crime à connotation religieuse ». Mais, des dizaines de croix gisaient sur le sol devant les sépultures abîmées.

Une section du cimetière est exclusivement juive. Ce secteur a été épargné par les gestes. Plus de 8000 tombes sont éparpillées dans le cimetière. Le président de la République a condamné ses agissements. « Ces gestes sont indignes et hautement condamnables », disait-il dans un communiqué à l'intérieur dans lequel il insiste sur le fait que cela va à l'encontre des valeurs de la République française. Il est prévu que le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve se rende sur place pour constater l'étendu des dégâts dans la journée de jeudi.

Il y a deux mois, un événement similaire avait eu lieu dans cimetière juif. Ce dernier avait été saccagé dans l'Est de la France. #catholique